Gaspillage alimentaire : comment conserver ses aliments plus longtemps ?

À l’occasion de la troisième Journée nationale de la lutte contre le gaspillage alimentaire, mobilisez-vous aussi en adoptant quelques gestes simples pour éviter de jeter ses aliments inutilement. Voici quelques astuces qui sauveront votre porte-monnaie mais aussi la planète.

0
1831
Comment conserver ses aliments plus longtemps ? ©ShutterStock

En France, selon les chiffres officiels du ministère de l’Agriculture, plus de 10 millions de tonnes de déchets alimentaires sont produits chaque année. Chaque Français jette l’équivalent de 20 Kg de nourriture par an, dont 7 Kg parfaitement emballées, ce qui représente une perte de 400 euros par an pour une famille de 4 personnes. Depuis 2013, le 16 octobre est devenu la Journée nationale de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Si les distributeurs font de gros efforts de ce côté (« Les fruits et les légumes moches », « Les biscuits moches », opérations de sensibilisation via des guides pratiques distribués etc.), c’est à vous aussi de prendre chez vous les devants. Nous avons sélectionné pour vous les astuces les plus efficaces pour éviter de jeter bêtement vos aliments.

La congélation, le meilleur ami de l’anti-gaspilleur

Vous n’avez pas pu vous empêcher de dévaliser le supermarché et vous voilà avec un surplus de nourriture. Pour éviter de les jeter plus tard, pensez à les congeler. Pratiquement tous les aliments peuvent se conserver au congélateur, même les œufs ! Il faut les battre préalablement et verser la préparation dans une boîte conçue pour le congélateur. Pour utiliser des œufs congelés à des fins de cuisson, de boulangerie ou de pâtisserie, il suffit de faire décongeler les œufs au réfrigérateur durant la nuit ou sous l’eau froide. Les aliments congelés perdront certes quelques nutriments mais leur goût ne sera pas altéré. Seuls quelques aliments ne peuvent pas être congelés : huîtres, tarama, caviar, endives, aubergines, radis, artichauts et laitue.

Parce que l’on ne peut pas les conserver indéfiniment, vos plantes aromatiques peuvent aussi se congeler. L’astuce est de les préserver sous forme de glaçons. À la fois esthétique et pratique, cette solution gardera toutes les saveurs de vos plantes quelle que soit la saison. Ainsi, plongez leurs feuilles dans un bac à glaçons, versez de l’eau et laisser les dans le congélateur. Cela fera des glaçons originaux et vous pourrez les utiliser pour une sauce. Ils fondront et parfumeront vos petits plats comme au premier jour.

Attention, ne congelez jamais un produit décongelé, sauf s’il y a cuisson entre les deux.

Les bocaux, les boîte de conserve faites maison

Pariez sur les boîtes en verre qui ferment bien. Ainsi, vos aliments se conserveront davantage. L’idéal est d’avoir des bocaux sous vide mais les pots de confiture ou les petits pots pour bébé marchent tout aussi bien. Les bocaux sont parfaits notamment pour les légumes que l’on achète chez le primeur, le plus souvent en grande quantité, comme les haricots verts frais. Si vous en avez trop cuisiné, placer les dans un bocal en faisant attention à ne pas laisser de bulles d’air à l’intérieur, car elles risqueraient de dégrader la nourriture. Il suffit ensuite de verser dans le bocal une solution aqueuse salée, la saumure, ou bien du vinaigre, du sirop ou de l’huile végétale selon le type d’aliments.

Une fois vos pots remplis, n’oubliez pas l’étape de la stérilisation dans une marmite d’eau chaude ou un autocuiseur. Enveloppez-les individuellement d’un linge propre et déposez-en un autre au fond de votre récipient pour éviter les chocs. Une fois vos bocaux stérilisés (quelques minutes suffisent), retirez la marmite ou l’autocuiseur de la source de chaleur pour les refroidir. Retirez ensuite les bocaux et placez-les à l’envers. La conserve est prête !

Vos produits se conserveront des mois comme une boîte de conserve classique et ce sera d’autant plus gustatif qu’une boîte industrielle achetée au supermarché, mais aussi plus écologique puisque le coût environnemental de fabrication et de transport des conserves industrielles est énorme.

Protéger vos aliments de la lumière

Tous les végétaux ne se conservent pas de la même façon, notamment pour les pommes de terre, les oignons, l’ail et les échalotes. Il est conseillé de les conserver dans un endroit sec à l’abri de la lumière pour éviter qu’ils ne germent. Exposées à la lumière, vos pommes de terre verdiront et deviendront rapidement inconsommables. Une fois verte, ne les mangez pas, elles sont toxiques ! Dans un placard sous votre évier ou dans une cave, vous avez le choix. Mais attention à ne pas les mettre dans un sac en plastique, l’humidité qu’il retient risque de les faire pourrir.

Halte au frigo

Le frigo n’est pas le meilleur ami de tous les produits. Il est en effet formellement interdit de mettre des pommes de terre, des bananes ou des tomates au réfrigérateur sous peine qu’ils ne se retournent contre vous. Vos bananes deviendront noires, vos tomates n’auront plus de goût et vos patates seront toutes molles. Les pommes, courges, avocats et les fruits fragiles préfèreront aussi l’air ambiant. Attention cependant à ne pas placer les pommes avec les avocats dans le panier à fruits et légumes, ils risquent de mûrir trop vite.

Tous les autres légumes racines ou à feuilles peuvent quant à eux se reposer au réfrigérateur.

L’eau, le lifting miracle des fruits et légumes fripés

Ce n’est pas parce que vos aliments sont fripés qu’ils ne sont plus bons. Si par malheur votre salade fait grise mine, ne la jetez pas. Au contraire ! Pour qu’elle redevienne lisse, plongez-la 45 minutes dans de l’eau avec un morceau de sucre. Quant aux carottes, céleri, et poivrons, trempez-les une journée dans de l’eau au frigo. Ils seront à nouveau croquants comme au premier jour.

Si vous n’avez pas de mare aux canards près de chez vous, votre pain dur peut également bénéficier d’un sauvetage rapide. Il suffit de l’humidifier légèrement et de le passer au four. Il redeviendra mou et croustillant.

Des tomates flétries ? Pas de panique, plongez-les dans de l’eau bouillante, pelez la peau, coupez les en dés et placez votre préparation au congélateur.

Enfin, pour dérider vos pommes, faites-les tremper quelques secondes dans de l’eau bouillante. Attention au chronomètre si vous ne voulez pas vous retrouver avec une compote !

Lire aussi :

Semaine du développement durable, c’est parti !

– Les astuces pour éviter le gaspillage alimentaire

Marine Vautrin