Google réinvente le robot chirurgical

Google s’associe au groupe pharmaceutique Johnson & Johnson, et annonce vouloir développer, de concert, des robots chirurgicaux.

0
1159
Le robot chirurgical, Arthrobot premier du nom, a été conçu et utilisé pour la première fois à Vancouver en 1983. ©ShutterStock

Google c’est Internet, mais c’est aussi la santé. Depuis quelques années, le groupe de Mountain View investit de plus en plus dans le domaine médical : pilule miracle, lentilles qui mesurent la glycémie, consultation médicale en ligne, etc.

Aujourd’hui Google entre directement dans les blocs opératoires. Le géant d’Internet s’est associé avec le groupe pharmaceutique Johnson & Johnson (J&J) afin de concevoir des robots chirurgicaux qui serviront d’assistance aux praticiens lors des opérations. Un marché en plein développement dans lequel Google compte bien prendre position. « Ensemble, nous voulons donner aux équipes médicales à travers le monde, la meilleur technologie », indique Gary Pruden, un des responsables de J&J.

Le robot chirurgical : un investissement lourd

Le robot chirurgical, Arthrobot premier du nom, a été conçu et utilisé pour la première fois à Vancouver en 1983. Depuis, beaucoup lui ont succédé et se sont imposé dans les domaines de la chirurgie cardiaque, gynécologie, endocrinologie, ophtalmologie ou encore urologie. Qu’il soit autonome, et accomplit lui-même ses actes chirurgicaux, ou piloté par le praticien, le robot chirurgical rend les gestes des praticiens plus précis et plus sûrs. Une technologie qui a un coût et demande de lourds investissements. C’est là que Google intervient. Google apportera à J&J son savoir-faire et ses brevets dans la robotique, l’imagerie et l’analyse de données.

Un partenariat stratégique donc mais dont les termes financiers et autres détails restent encore confidentiels. Google, qui dispose de sa propre équipe de médecins dans une division appelée Life&Sciences, montre encore une fois son intérêt pour la santé « humaine » et n’a de cesse de présenter de nouveaux projets.

Lire aussi : Baseline Study : Google se lance dans la génétique
Lire aussi : Google invente un bracelet détecteur de cancer

Laurie Ferrère