Grossesse : l’hypertension augmenterait le risque d’autisme

Des chercheurs américains viennent d’établir un lien entre la pré-éclampsie (hypertension artérielle au cours de la grossesse) et l’autisme chez l’enfant à naître.

0
4030
Chez les femmes enceintes atteintes de pré-éclampsie, les échanges placentaires avec le foetus sont de mauvaise qualité. ©ShutterStock

Les femmes enceintes savent à quel point il est important de surveiller leur tension pendant neuf mois. La pré-éclampsie, pathologie caractérisée par une hypertension artérielle, peut avoir de graves conséquences sur la santé de la future maman, mais pas seulement. Des chercheurs de l’Université de Californie Davis (Etats-Unis) viennent de démontrer l’existence d’un lien entre pré-éclampsie et autisme. Les femmes développant cette pathologie au cours de la seconde moitié de leur grossesse auraient deux fois plus de risques que les autres d’avoir un enfant autiste. Le risque augmenterait avec la sévérité des symptômes.

L’étude, publiée lundi 8 décembre dans le Journal of the American Medical Association, a été menée dans le cadre d’une recherche sur les risques génétiques et environnementaux de l’autisme dans le nord de la Californie. Un peu plus de 1 000 enfants, filles et garçons, âgés de 2 et 3 ans, y ont participé. Parmi eux, 500 étaient atteints d’autisme, 200 d’un retard de croissance, et 350 n’avaient aucun trouble. Toutes les mères avaient souffert d’hypertension artérielle pendant leur grossesse.

Cette base de population a permis aux scientifiques d’examiner le lien entre l’autisme et la pré-éclampsie, et de déterminer si celui-ci augmentait selon la gravité de la pathologie. « Nous avons constaté un lien significatif entre la pré-éclampsie et le syndrome de l’autisme ainsi qu’avec des retards de développement qui augmentent avec le degré de sévérité de la pathologie », explique Cheryl Walker, professeur adjoint de gynécologie à la division de médecine maternelle et du fœtus de l’Université de Californie Davis MIND Institute.

Pré-éclampsie et autisme : comment expliquer le lien ?

Chez les femmes enceintes atteintes de pré-éclampsie, les échanges placentaires avec le foetus sont de mauvaise qualité. Ainsi, le bébé ne recevrait pas tous les nutriments et l’oxygène nécessaires au bon développement de son cerveau. Ces insuffisances placentaires entraînent un stress oxydatif, qui provoque la libération de protéines dans le sang de la mère pour améliorer la circulation.

Lire aussi : Le dépistage de la pré-éclampsie bientôt possible 

Thomas Levy