Huit parents sur dix ont un comportement à risque au volant

Plus de 80 % des parents ont déjà eu un comportement à risque au volant, alors que leurs enfants étaient à bord du véhicule. Un danger que souhaite dénoncer l'association Assureurs Prévention.

0
1743
50 % des parents ont reçu une réflexion de leurs enfants quant à leur comportement au volant ©ThinkStock

Un sondage OpininWay, commandé par l’association Assureurs Prévention, révèle un constat quelque peu alarmant.

D’après l’enquête, réalisée auprès de 1 016 parents, 84 % d’entre eux ont déjà eu un comportement à risque au volant, alors que leurs enfants étaient présents.

Un parent sur cinq téléphone au volant

Les risques sont multiples et variés. Que ce soit le téléphone, qui concerne 20 % des parents questionnés, la vitesse, pour la moitié d’entre eux, ou encore l’alcool, pour 27 %, les comportements dangereux au volant ont interpelé l’association.

De mauvaises habitudes à ne pas négliger, puisque l’alcool est la première cause d’accidents mortels sur la route, avec environ 1 100 tués par an, devant la vitesse, la somnolence et le téléphone.

De plus, les temps de pause, recommandés par les associations de sécurité routière, sont rarement respectés, puisque un tiers des conducteurs « reconnaît avoir déjà conduit plus de 2 ou 3 heures sans » s’arrêter.

Des comportements qui ont une influence sur les enfants et vont orienter leur futur comportement au volant.

D’ailleurs, 50 % des parents sondés admettent avoir déjà reçu une réflexion sur leur façon de conduire par l’un de leurs enfants.

Sécurité routière : six spots publicitaires pour mieux sensibiliser

Les parents piétons ont également des comportements à revoir. Deux tiers d’entre eux avouent avoir déjà traversé hors des passages piétons accompagnés de leurs enfants.

A partir du 2 septembre prochain, six nouveaux spots publicitaires, concernant la somnolence, l’alcool, la vitesse, les dangers des deux roues, des piétons et le téléphone au volant, seront diffusés pour mieux sensibiliser les parents face aux dangers de la route pour leurs enfants.

Mathilde Bourge