Hyper-penseur : gare à la surchauffe !

0
454
Sachez résister aux multiples sollicitations du quotidien, mettez votre cerveau au repos.

Vous coupez toujours les cheveux en quatre, même pour un petit rien ? Vous cogitez en permanence?  Dans un monde où les personnes multitâches ont le vent en poupe et s’adonnent à l’infobésité, prenez garde à votre cerveau qui risque le survoltage!

Un hyper-penseur, c’est, pour le dire vite, quelqu’un qui pense tout le temps : tout ce qui entre dans son champ de perception et de réflexion peut faire l’objet d’incessantes réflexions. Certaines valent le coup et hissent leur auteur au rang des gens très intelligents et très créatifs, mais mal canalisées, ces pensées épuisent de jour comme de nuit. Car tout bon hyper-penseur continue à trop penser le soir dans son lit flirtant avec l’insomnie chronique. Il est donc important de trouver une stratégie qui tasse ce trop-plein d’énergie intellectuelle et émotionnelle. Cela est d’autant plus important que l’hyper-penseur vit, comme chacun d’entre nous, dans un monde qui déborde d’informations de toute sorte, de partout et sur tous les supports. On parle d’infobésité. A eux seuls, les réseaux sociaux nous absorbent 1h20 par jour en moyenne ! Par ailleurs, ce monde ultra-connecté nous pousse à devenir des êtres multi-tâches. Certaines tâches ne doivent pas être accomplies en même temps. Par exemple, envoyer un SMS au volant, c’est multiplier par 23 le risque d’accident car le temps de réaction baisse de 35 %. De même, pianoter sur son I-phone et réaliser en même temps d’autres tâches au bureau, c’est faire dégringoler, à terme , son QI de 10 points. Bref, le cerveau active des zones différentes pour chaque activité. Résultat : allumer toutes les ampoules en même temps, c’est faire « péter les plombs » ! Au final, l’hyper-penseur qui transforme déjà chaque tâche en une multitude de facettes qu’il décortique à tout moment doit être particulièrement vigilant à ne pas se laisser envahir par ces maux du siècle !

Retrouvez dans notre numéro daté mars, actuellement en kiosques,  l’interview de Béatrice Lorant, auteur de J’arrête de trop penser, Leduc.s Editions, collection de Poche C’est malin, 2017, 6 euros.