Impôts sur le revenu : que faire avec son enfant majeur ?

Une fois leur enfant adulte, les parents peuvent décider de le rattacher à leur foyer fiscal ou de le détacher en déclarant le versement d’une pension alimentaire. Quelle solution est la plus avantageuse ?

0
2447
A l'âge de 18 ans, un enfant est automatiquement détaché du foyer fiscal de ses parents. ©ShutterStock

A partir de 18 ans, un enfant peut faire sa propre déclaration d’impôts sur le revenu. Cependant, les parents sont souvent obligés de les aider financièrement bien au-delà de leur majorité. Alors, faut-il rattacher son enfant au foyer fiscal et gagner une demi-part ou le détacher et déduire une pension alimentaire ? Réponse à tout vous explique les avantages et inconvénients de ces deux méthodes.

Impôts sur le revenu : rattacher son enfant majeur

Un enfant majeur peut être rattaché au foyer fiscal de ses parents jusqu’à 21 ans, 25 s’il est étudiant. Pour ce faire, l’enfant doit effectuer une demande signée sur papier libre qu’il doit conserver comme justificatif.

Les avantages :

Rattacher un enfant à son foyer fiscal permet de bénéficier d’une demi-part supplémentaire, voire d’une part entière à partir du troisième enfant à charge.

Si l’enfant est marié, pacsé ou chargé de famille, cette part se transforme en un abattement de 5.698 euros par personne rattachée* (enfant, mais aussi conjoint voire petits-enfants). Évidemment, l’enfant peut choisir d’être rattaché à ses parents ou ses beaux-parents, mais pas les deux.

Le rattachement d’un enfant permet également un allègement de la taxe d’habitation et une réduction d’impôts pour frais de scolarité si le jeune est étudiant. Cette déduction est de 183 euros pour un enfant dans l’enseignement supérieur et de 61 euros s’il est au lycée.

Les contreparties :

Si l’enfant rattaché au foyer fiscal touche un salaire, le montant doit être reporté sur la déclaration des parents. En revanche, les revenus perçus par les étudiants sont exonérés d’impôts s’ils n’excèdent pas trois SMIC bruts mensuels. Au-delà, le surplus est imposable et doit être déclaré.

Impôts sur le revenu : déduction d’une pension alimentaire pour son enfant majeur

Dans le cas où les parents et/ou l’enfant décident de se déclarer séparément, les premiers peuvent déduire une pension alimentaire versée au second lors de leur déclaration. Cette aide peut être purement financière ou se verser en « nature » (nourriture, logement etc.). Là encore, le plafond de déduction autorisé est de 5.698 euros. En revanche, contrairement au rattachement fiscal, aucun âge limite n’a été fixé pour le versement d’une pension alimentaire.

Les avantages :

Cette démarche permet aux parents de déduire une somme de leurs revenus imposables sans devoir y ajouter le salaire perçu par leur enfant. Attention : si aucun justificatif n’est demandé lors de la déclaration, le fisc peut, a posteriori, réclamer les preuves de versements ou de l’état de besoin de l’enfant en question (certificat scolaire ou carte de chômeurs par exemple).

Loin d’être la meilleure solution

Si l’enfant n’a pas de revenus personnels imposables, il est souvent plus avantageux de le rattacher. Mais, chaque cas étant différent, il est vivement conseillé de faire une simulation sur le site des impôts (lien) avant de prendre une décision.

*Montant pour l’année 2013-2014.

Mathilde Bourge