Inauguration de la 1ère piste cyclable solaire au monde

La première piste cyclable solaire au monde a été inaugurée cette semaine à Amsterdam. A terme, elle permettra aux vélos et voitures électriques de se recharger depuis la route, sans fil ou fiche électrique.

0
2166
La ville d'Amsterdam a inauguré la première piste cyclable solaire au monde. ©DR

Cette semaine, les Pays-Bas ont dévoilé un projet révolutionnaire : la première piste cyclable solaire au monde baptisée « SolaRoad ». Selon ses concepteurs, elle pourrait permettre de recharger vélos et véhicules électriques sur l’ensemble du réseau routier néerlandais, soit 140.000 km dont 25.000 km de pistes cyclables.

SolaRoad : comment ça marche ?

La piste, dévoilée à Amsterdam, a été construite sur 70 mètres de long grâce à plusieurs modules en béton de 2,5 mètres sur 3,5 mètres recouverts de panneaux solaires. Ceux-ci ont d’ailleurs été recouverts de verre trempé, une matière anti-déparante, afin d’éviter les accidents.

En 16 jours de service, la piste a produit 140 kilowatt par heure, soit l’équivalent de 140 cycles de machines à laver, affirme la porte-parole du projet, Jannemieke van Dieren. Pour le moment, l’électricité produite par la piste est injectée dans le réseau électrique. Mais dans le futur, elle pourrait servir à éclairer la voie publique et les vélos et véhicules électriques pourraient être capables de recharger leurs batteries depuis la route ou la piste cyclable, sans fil ou fiche électrique.

Tripler les énergies renouvelables d’ici 2020

SolaRoad va être testé pendant deux ans. Le but du projet est de pouvoir installer d’ici à cinq ans une route solaire viable commercialement, alors que le nombre de voitures et vélos électriques ne cesse d’augmenter.

Stefen De Wit, l’un des scientifiques ayant collaboré au projet, se dit confiant « quant au fait que d’ici cinq ans, [les Pays-Bas auront] un produit applicable à grande échelle ». D’ici 2020, le pays espère d’ailleurs tripler la part des énergies renouvelables dans sa consommation électrique et être « énergétiquement neutre » d’ici 2050.

Mathilde Bourge