La chute de neige en Antarctique ralentirait le réchauffement

La réchauffement climatique est un phénomène dramatique pour l'environnement. Mais il pourrait lui même être à l'origine de son propre ralentissement en Antarctique.

0
2516
La chute de neige en Antarctique ralentit le réchauffement ? ©ThinkStock

Cette année en France, l’été ne fait pas partie des plus chauds que nous ayons eus. Malgré cela le réchauffement climatique de la terre est une évidence pour tous. Les études sur l’évolution de ce phénomène se multiplient et la plus part sont alarmantes pour l’environnement. Mais le chercheur Ghislain Picard travaillant au laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement du CNRS a réalisé une étude dont les résultats sont un peu plus surprenants.

Ce lundi 2 juillet 2012, les résultats de l’étude de ce chercheur ont été publiés dans la revue spécialisée Nature Climate Change. Il estime être capable d’identifier le ralentissement du réchauffement climatique de l’Antarctique à l’aide d’un procédé plutôt étonnant. D’après son étude, la taille des grains qui composent les flocons de neige de l’Antarctique permettrait de diminuer les effets néfastes du réchauffement climatique sur cette partie du globe.

Le cercle vertueux du réchauffement climatique

Le réchauffement climatique entraine la fonte de la neige qui provoque une augmentation de la température. Ainsi que le rapporte le site du journal Le Monde, Gerhard Krinner, climatologue au CNRS, déclare que « plus il fait chaud, plus les grains qui forment la neige s’épaississent et moins celle-ci est brillante. Donc plus elle absorbe d’énergie solaire et plus les températures montent. »

Mais l’équipe de Ghislain Picard, a découvert un autre effet du réchauffement climatique qui donne lieu à un système vertueux. Le réchauffement entraine de nouvelles tombées de neiges. Il explique que « lorsque la température augmente, il y a un autre effet qui est l’augmentation de l’humidité, donc des précipitations ». Il conclut qu’ « un degré supplémentaire, c’est environ 7 % de précipitations en plus. »

Les flocons de neige fraichement tombés sont composés des grains de la plus petite taille, tandis qu’avec le temps ces grains grossissent. Or plus les grains sont de petite taille plus ils réfléchissent les rayons du soleil et moins ils absorbent d’énergie. Ils diminuent ainsi de fait le réchauffement climatique plus que de la neige ancienne. Ainsi le réchauffement climatique en entrainant de nouvelle chute de neige participe à son ralentissement.

D’après les résultats de cette étude c’est environ 0,5 °C, pour un réchauffement de 3 °C, qui seront évités avec ce phénomène.

Maëla Priolet