La fin du papier bulle ?

Sealed Air Corp, la société à l’origine du papier bulle, annonce une nouvelle version de son produit, où les bulles d’air ne pourront plus être éclatées. Innovation ou fin d’une époque ?

0
1519
La fin du papier bulle est annoncée. Encore un plaisir sacrifié sur l’autel du capitalisme ? ©ShutterStock

Plaisir simple de la vie, véritable TOC pour d’autres ou encore méthode antistress : éclater les bulles d’air du « papier bulle » est une activité à part entière. Mais on risque bientôt de parler d’elle au passé. La société Sealed Air Corp, à l’origine du papier bulle, annonce une nouvelle version de son papier amortisseur de choc, dans laquelle les bulles d’air ne pourront plus être éclatées.

Baptisée iBubble Wrap, cette nouvelle version du produit star lancé en 1957, se présente en rouleaux sous forme plate. Il faudra dorénavant gonfler les rouleaux à l’aide d’une pompe. Sauf que, pour gonfler, il faut permettre à l’air de passer ; les bulles communiquent désormais entre elles et ne permettent plus le « pop » tant apprécié. CQFD.

Internet est en deuil

La fin du papier bulle est annoncée. Encore un plaisir sacrifié sur l’autel du capitalisme ? On peut le croire au vue des raisons invoquées par Sealed Air Crop, qui parle d’un souci de gain de place en termes de stockage, de transports et donc de coûts.

S’il s’agit pour certains d’une innovation, pour beaucoup c’est la fin d’une époque. Si France Tv Info tente de se consoler avec une version numérique de papier bulle à éclater, Mashable lui démontre « une nouvelle preuve que les entreprises sont le mal incarné », quand Slate titre : « Pire invention de l’année ». Le Monde lui tente de relativiser, en soulignant l’importance des termes : « une autre version du précieux emballage amortisseur de chocs ne signifie pas que l’ancienne va disparaître : « le mot-clé, c’est “version”. » Internet espère ainsi que les bulles d’air ne finiront pas comme ses manies qui sont restées figées dans un autre temps : souffler dans les cassettes de Super Nintendo, rembobiner une cassette audio à l’aide d’un crayon ou encore raccrocher le téléphone pour pouvoir se connecter à Internet.

Laurie Ferrère