La folie Thermomix, ce robot à plus de 1 000 euros

La star des robots de cuisine se vend uniquement lors de réunions type Tupperware. Malgré son prix exorbitant, le Thermomix rencontre un tel succès qu’on en fabrique un toutes les vingt-deux secondes. Focus sur un vrai phénomène.

0
12796
La folie Thermomix, ce robot à plus de 1 000 euros ©Thermomix

Le robot électroménager fait son entrée dans les cuisines dans les années 60. Mais en 1971, la marque allemande Vorwerk révolutionne le secteur avec le Thermomix VM 2000, le premier robot multifonction au monde à cuire les aliments. Depuis, de nouvelles versions encore plus performantes et fonctionnelles ont régulièrement vu le jour. Le dernier modèle, le Thermomix TM5, lancé il y a un peu plus d’un an, s’est vendu à un million d’exemplaires dans le monde et 225 000 exemplaires sur le marché français. Et ce, même si chaque robot coûte tout de même la bagatelle de 1 139 euros.

Le succès est tel, qu’il en sort de l’usine française de Cloyes-sur-le-Loir un toutes les vingt-deux secondes ! Sans compter ceux qui sortent de la nouvelle usine, venue en renfort, de Wuppertal en Allemagne. Au total, plus de 8 millions de foyers dans le monde disposent aujourd’hui d’un Thermomix dans leur cuisine. Un exploit quand on sait que l’appareil ne bénéficie d’aucune publicité ni de réseau de distribution classique puisque, depuis le début et partout dans le monde, il se vend exclusivement lors de réunions à domicile comme pour les produits Tupperware. 34 000 conseillères dans le monde – 7 000 en France – se chargent chaque jour d’assurer 4 300 démonstrations en concoctant en deux temps, trois mouvements un savoureux risotto, un paris-brest ou encore du pain de campagne. Les démonstratrices, qui sillonnent 45 pays, ont le choix parmi des milliers de recettes pour faire leur show. Les clés USB destinées au Thermomix TM5 recensent à elles seules 5 000 recettes, sans compter les 500 000 autres téléchargeables sur iPhone et sur iPad.

Vrai commis de cuisine

Le secret de Thermomix ? Proposer des robots haut
 de gamme qui n’ont pas de « multifonction » que le nom. 
Le dernier modèle, le TM5, ne se contente pas de mélanger doucement, de mixer ou de hacher. Il peut également cuire, cuire à la vapeur, peser, moudre, pétrir, fouetter, mijoter
 et émulsionner. « Je m’en sers deux à trois fois par semaine, essentiellement pour mitonner des plats en sauce traditionnels comme la blanquette de veau, le bœuf bourguignon ou le petit salé aux lentilles. Les recettes s’affichent sur l’écran digital. Vous n’avez qu’à suivre les instructions, c’est-à-dire à verser les ingrédients au fur et à mesure, des ingrédients pesés directement par le robot. Le temps de cuisson recommandé est toujours parfaitement exact. Et pendant la cuisson, vous n’avez rien à surveiller », explique Cyril B., un adepte du robot. « En plus, à la fin de votre recette, vous n’avez pas une tonne de vaisselle sale, juste un ou deux récipients du robot. Ça m’a permis de remplacer les plats préparés par des plats faits maison. Même les soirs de fainéantise. En termes de qualité, c’est évidemment incomparable. Je m’en sers aussi pour faire des crèmes anglaises et le must, des glaces succulentes en été. » 

Et tout le monde succombe, y compris
 les chefs étoilés. Ces derniers ne cachent pas d’avoir parfois recours à cet assistant hors pair, parfois plus rapide et plus précis qu’un commis de cuisine. Christophe Aribert des Terrasses d’Uriage (2*), Éric Guérin de la Mare aux Oiseaux (1*) et du Jardin des Plumes (1*) ou encore Richard Toix de Passions et Gourmandises (1*) sont des toqués du Thermomix. À tel point qu’à l’initiative de la marque, ils forment un club baptisé « Signatures et talents » destiné à renforcer la place de la gastronomie dans la culture Thermomix en partageant leurs idées de recettes, mais aussi leurs trucs et astuces.

Évidemment, des marques comme Taurus, Kenwood et Kitchenaid vendus en magasins essaient de se positionner en concurrents valables en proposant des cours, des démonstrations et des ateliers de cuisine. Mais Thermomix a déjà une longueur d’avance. Avec plus de 210 000 abonnés sur Facebook, 8 500 mentions sur Twitter chaque mois et 200 000 clichés Instagram, il est déjà la star des réseaux sociaux !

Lire aussi :

Bien choisir sa crêpière et son gaufrier

– Lou Papé : louez une grand-mère pour vous faire la cuisine à domicile

 

Alexandra Da Rocha