Le boulot peut-il gâcher vos vacances ?

Enfin en vacances ! Vous les avez rêvées, prévues et vous voilà prêts à faire une vraie parenthèse dans le travail. Pourtant, certains imprévus pourraient bien venir les troubler. Petit tour d’horizon de ce qu’il faut savoir pour partir mieux informés en cas de couac.

0
1470

Mon avion ne part pas à cause d’une grève, je peux annuler mes vacances et les reporter.

NON. Sans accord de votre employeur, vous ne pouvez pas modifier vos dates de congés, même en cas d’imprévu. C’est lui qui a le dernier mot et qui, en vertu de son pouvoir de direction, organise et fixe les dates de départ en congés.

Mémo : si vous avez fait appel à une agence de voyages ou à un tour opérateur pour l’organisation de votre voyage, vous pouvez, en revanche, selon les termes du contrat, leur demander de reporter le voyage en question à une autre date.

On peut interrompre mes congés pour une réunion express.

NON. En principe, une fois les dates arrêtées par l’employeur et les salariés informés, les vacances ne peuvent plus être modifiées à moins d’un mois du départ. Mais attention, ce principe tombe à l’eau en cas de circonstances exceptionnelles (nouvelle commande urgente, sous-effectif du service, réception d’un appel d’offres, etc.).

Mémo : un vendeur livreur qui avait posé des congés du 10 au 16 juillet a reçu une lettre de son employeur le 28 juin lui enjoignant de se trouver à l’agence du lundi 4 au vendredi 27 juillet pour remplacer un livreur absent. Il a refusé et fut licencié pour faute grave.

Je reçois texto sur texto, c’est pas des vacances !

OUI. En effet, pendant vos congés, vous n’avez pas à travailler et donc pas à répondre aux textos et e-mails. Le smartphone peut vite devenir un fil à la patte qui vous rend corvéable à merci. Le meilleur moyen est donc de ne pas prendre votre téléphone en vacances et de l’annoncer clairement au moment de partir.

Mémo : certaines sociétés en sont arrivées à préciser que les salariés n’ont pas l’obligation de répondre aux SMS pendant leurs congés. C’est le cas de France Télécom qui a été la première entreprise à conclure un accord en ce sens en mars 2010.

L’éruption d’un volcan m’empêche de rentrer à temps, je ne risque rien.

NON. Si de violentes intempéries, une crise politique… vous bloquent sur votre lieu de séjour, cela ne vous autorise pas à prolonger vos vacances à l’oeil. Vous devez impérativement en informer votre employeur et, en cas d’impossibilité matérielle de le faire, conserver des preuves de vos tentatives infructueuses et tout document pouvant attester les faits. À défaut, il pourrait vous licencier.

Mémo : votre boîte n’est pas tenue de vous rémunérer ces jours non travaillés. Attention, en cas d’abus et si vous ne prévenez pas, cela pourra être considéré comme une faute grave, vous privant des indemnités de licenciement.

Je suis malade pendant mes vacances, je peux les prolonger.

NON. Si vous tombez malade pendant vos congés, vous ne pouvez pas exiger le report de vos vacances à une autre date, ni leur prolongation, sauf dispositions contraires de la convention collective. Vous êtes tenu de reprendre votre poste à la date de fin de vos congés, ou à l’issue de votre arrêt de travail s’il se prolonge.

Mémo : si vous tombez malade avant votre départ en vacances et êtes toujours en arrêt de travail le jour où vous auriez dû partir, vous pouvez les reporter. Votre boss ne peut ni vous forcer à poser des jours de vacances pendant votre arrêt de travail, ni déduire de vos congés payés vos jours d’absence couverts par l’arrêt maladie. En revanche, il peut fixer lui-même la date du départ.

Carole Caillaud