Le frelon asiatique classé « danger sanitaire »

Le frelon asiatique, qui prolifère en France depuis les années 2000, est sur le point d’être classé « espèce exotique envahissante et nuisible ». Qu’est-ce que cela signifie ? Les abeilles seront-elles un jour débarrassées de ce terrible prédateur ?

0
7807
Dans la main d'un apiculteur, a gauche le frelon asiatique Vespa velutina et a droite le frelon europeen Vespa crabo. ©Sipa

Cela fait plusieurs années que le frelon asiatique terrorise les abeilles françaises, détruisant des colonies entières ! Mais peut-être plus pour très longtemps… Cet insecte, devenue la « bête noire » des apiculteurs, est sur le point d’être classé « espèce exotique envahissante et nuisible à l’apiculture », ont annoncé, dans un communiqué commun, les ministres de l’Agriculture et de l’Écologie, Stéphane Le Foll et Delphine Batho.

Cette décision doit être examinée et validée par plusieurs comités, dont le Comité national de protection de la Nature. Le gouvernement espère une entrée en vigueur d’ici la fin de l’année 2012.

À quoi sert le classement du frelon asiatique en danger sanitaire ?

Le classement du frelon asiatique en espèce représentant un danger sanitaire de catégorie 1 va permettre l’élaboration et la mise en place de programme de lutte contre cet insecte, au niveau départemental et national. La décision de leur élimination relèvera des préfets, indique le ministère de l’Écologie. Plusieurs solutions, comme l’installation de pièges ou la destruction des nids, sont possibles pour combattre cette espèce.

Le frelon asiatique, suspecté d’être arrivé en France dans les années 2000 par le biais de bateaux en provenance de Chine, n’est définitivement plus le bienvenu, d’autant qu’il investit désormais les lieux préférés des vacanciers. Cet été, au Cap Ferret, une femme, allergique aux piqûres d’insectes, s’est retrouvée dans le coma après avoir été piquée par un frelon asiatique. Toutefois, les médecins assurent que cette espèce ne présente pas de danger particulier pour l’homme.

> Lire aussi : Faut-il craindre le frelon asiatique ?

Julie Toury