Le géranium : ce qu’il faut retenir

Incontournable de nos plates-bandes, le géranium se plante de mai à juillet. Voici ses principales caractéristiques.

0
3170
Le géranium : ce qu'il faut retenir ©ThinkStock

Le géranium

Originaire des régions tempérées, le géranium vivace que l’on confond à tort avec les Pélargoniums (les géraniums de nos balcons) appartient à la famille des Géraniacées. Offerte jadis par les Celtes à la grue (symbole de sagesse), cette plante doit son nom au terme grec (Geranion) qui signifie bec de grue . En floraison de mai à octobre, le géranium vivace supporte assez bien la sécheresse ainsi que le gel (jusqu’à – 20°C, ce qui n’est pas le cas des Pélargoniums).
Peu à l’aise en terrains acides ou trop humides, les rhizomes de géraniums deviennent envahissants sur les sols ordinaires. Voilà pourquoi on recommande un intervalle de 30 à 50cm entre chaque pied. Les géraniums vivaces se multiplient par boutures ou par semis entre mai et juillet.
En fin de saison, les géraniums doivent être rabattus (en coupant leur feuillage à la base) pour prolonger la floraison suivante et réduire les semis spontanés. Il est conseillé de diviser les plants, tous les quatre ou cinq ans, ce qui leur donne un second souffle !

La rédaction