Le gouvernement autorise les médicaments à base de cannabis

Un décret, paru dans le Journal Officiel, autorise l'ANSM à examiner les demandes de mise sur le marché de médicaments à base de cannabis. Le texte est en vigueur depuis samedi 8 juin.

0
1544
un décret autorise l’ANSM à examiner les demandes de mise sur le marché de médicaments à base de cannabis ©ThinkStock

Un premier pas vers la dépénalisation du cannabis ? Si le gouvernement est encore très loin de ce projet, un décret, paru au Journal officiel le vendredi 7 juin, autorise l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) à examiner les demandes de mise sur le marché de médicaments à base de cannabis. Sont concernées les « opérations de fabrication, de transport, d’importation, d’exportation, de détention, d’offre, de cession, d’acquisition ou d’emploi relatives » aux « spécialités pharmaceutiques à base de cannabis ou ses dérivés ». Le texte, signé par Marisol Touraine, ministre de la Santé, ainsi que Jean-Marc Ayrault, est entré en vigueur le lendemain.

Médicaments à base de cannabis : pour qui ?

L’un des médicaments susceptibles d’être autorisé, le Sativex, est un spray à base de dérivés du cannabis visant à soulager les douleurs de patients atteints de la sclérose en plaque. Il est déjà autorisé aux Etats-Unis, en Suisse et au Canada et est parfois prescrit comme traitement contre la douleur dans certains cas de cancer. Le cannabis, ainsi que ses dérivés, pourrait également être utilisé en France pour soulager les effets secondaires d’une chimiothérapie, mais aussi de glaucome.

Lire aussi : Un comprimé de cannabis, plus efficace qu’un joint contre la douleur

Le Sativex, une première ?

Le Marinol, autre dérivé du cannabis, est déjà autorisé depuis 2001, dans des conditions très encadrées. Une centaine d’autorisations temporaires d’utilisation (ATU) ont déjà été délivrées sur 150 demandes. Cependant, ce traitement est souvent jugé comme insuffisamment puissant par les patients. Certains avaient alors fait une demande pour le Sativex. Toutes ont été refusées.

Un premier pas vers la dépénalisation du cannabis ?

Le gouvernement est encore loin de vouloir légaliser les drogues douces. En février, date à laquelle Marisol Touraine a demandé à modifier un décret interdisant l’utilisation des dérivés du cannabis à visée thérapeutique, le ministère rappelait sa « plus ferme opposition à la dépénalisation du cannabis ».

Mathilde Bourge