Le marché (très) florissant des animaux de compagnie

En France, près d’un foyer sur deux possède un animal de compagnie (contre un sur trois il y a vingt ans). Avec nos 63 millions de bébêtes, qu’elles soient à plumes, à poils ou à écailles, nous détenons même le record en Europe. Un marché ultra florissant qui ne connaît pas la crise.

0
1605
Le marché (très) florissant des animaux de compagnie ©ShutterStock

Le chiffre donnerait presque le vertige ! Sans compter qu’il va en augmentant chaque année… 63 millions d’animaux de compagnie peuplent ainsi nos foyers. Et au hit-parade, ce sont les poissons rouges qui remportent tous les suffrages puisqu’on en possède 35 millions. Viennent ensuite les chats avec 12 millions, et les chiens avec 7 millions. Les 9 millions restants sont à répartir entre les rongeurs, les oiseaux et les reptiles. Un engouement donc qui ne semble pas prêt de se tarir, faisant les beaux jours des acteurs économiques concernés, qui ont vu là une véritable manne à exploiter ! Mieux, ce sont même de nouveaux métiers qui ont fait leur apparition.

Aliments pour animaux : un vrai business

D’un côté le marché de la nourriture. Exit le temps où l’on refilait à nos compagnons à quatre pattes les restes de nos repas. Désormais, nous sommes plus de 80% à acheter de la nourriture industrielle. Et les deux mastodontes dans le domaine s’en frottent les mains : que ce soit le suisse Nestlé (Gourmet, Purina, Felix, Friskies, Fido) ou l’américain Mars (Royal Canin, Sheba, Frolic, Pedigree), le business 
des aliments pour animaux est de loin des plus rentable.
 On ne lésine plus ni sur les publicités – qui n’ont rien à envier à celles de nos produits de luxe – ni sur la diversité des aliments proposés.

Et sur ce point, il y en a vraiment pour tous les goûts ! Chaque spécificité de l’animal est recensée et trouve la nourriture qui lui est adaptée (surpoids, stérilisé, poils longs, poils courts, jeunes ou vieux), tout cela en fonction des saisons, évidemment 
(« croquettes spécial hiver » ou « spécial été »). Bref, un marché plus que lucratif, quand bien même les prix souvent exorbitants (parfois même supérieurs aux aliments pour nourrissons !) laissent perplexes tant il est compliqué de savoir finalement de quoi sont composés tous ces produits. Mais ceci est un autre débat… 
Toujours est-il que la « pet food » rapporte en France plus 
de 3 milliards d’euros aux heureux acteurs de ce secteur économique.

Santé et « bien-être » : l’autre budget

Mais les dépenses ne s’arrêtent pas là, tant s’en faut. Car s’il n’y avait que la nourriture encore… Or l’autre domaine porteur est celui de la santé de nos animaux de compagnie. Comme leurs maîtres, nos amis à poils (ou à écailles ou à plumes) meurent de plus en plus vieux. Ce qui implique, en toute logique, de plus en plus de soins. Ainsi, les dépenses vétérinaires ont augmenté de plus de 72% en dix ans, pour atteindre quelque 470 millions d’euros rien qu’en 2010 !

Il ne reste plus qu’à ajouter tout un nouveau business, qui s’est développé grâce à l’inventivité en tous genres de nombreux fabricants. On assiste par exemple au développement croissant des salons d’esthétisme ou de massages pour canidés, à l’arrivée massive des « bars à chats » (une idée venue directement du Japon), à l’avènement des psys pour animaux, et même aux prémices des sites de rencontres ! Rien qu’en accessoires de jeux, nous dépensons 405 millions d’euros chaque année. L’effervescence a également gagné la sphère Internet puisque les achats y atteignent environ 6% des parts de marché.

Un engouement exponentiel

Au total, nous consacrons en moyenne 800 euros par an pour un chien et 600 euros pour un chat, toutes dépenses confondues, soit environ 4,2 milliards d’euros. C’est-à-dire 50% de plus qu’en 1990 ! Cet engouement frappant et exponentiel pour nos animaux s’explique essentiellement par l’évolution de nos modes de vie. Notre population, plus jeune, plus urbaine, ne voit plus l’animal comme faisant partie des meubles, mais comme un membre à part entière de la famille, dont nous devons prendre soin et à qui nous devons offrir le meilleur. Et si dans nos foyers, les chats ont ainsi dépassé les chiens, la raison vient du fait que nous vivons dans des espaces plus réduits, et sans jardin.

Néanmoins, n’oublions pas que malgré cette croissance stupéfiante du marché de l’animal domestique, ce sont près de 60 000 animaux qui sont abandonnés chaque année en France durant les congés d’été…

Innovations et créativité dans le monde

On estime à environ 54 milliards d’euros la somme dépensée dans le monde pour nos animaux de compagnie, avec une prévision à… 100 milliards d’ici cinq ans ! Ce business n’a de cesse de se développer
et d’évoluer, notamment aux États-Unis ou au Japon, où nombreuses sont les start up à surfer sur la vague de l’innovation. On voit se développer par exemple le marché des colliers connectés, permettant de mesurer les progrès de nos canidés, le tout envoyé directement sur nos smartphones ! Une société américaine propose même un « distributeur de nourriture connecté ». Chargée sur votre mobile, cette application permet de gérer la distribution de nourriture de votre animal, et ainsi d’éviter une prise de poids éventuelle…

Lire aussi : Animaux : gâtez-les, c’est recommandé !

Audrey Barrère