Le niveau de la mer monte plus vite que prévu !

Les experts de l’ONU auraient sous-estimé la montée des eaux selon une récente étude menée par trois chercheurs. Conséquence : le niveau des mers s’élèvera de plus d’un mètre d’ici la fin du siècle.

0
5152
Le niveau de la mer aura pris un mètre d'ici la fin du siècle © Irina Belousa ©Fotolia

Les habitants des bords de mer ont de quoi s’inquiéter. En 2007, le Groupe de spécialistes du réchauffement du globe (Giec) de l’Onu avait estimé que le niveau de mers montait de 2mm par an.

« Sous-estimé » pensent trois chercheurs indépendants qui viennent de publier les résultats de leur étude dans la revue britannique Environmental Research Letters : selon eux, le niveau des mers prendrait plutôt 3,2 mm par an.

Les conséquences d’ici la fin du siècle est que le niveau global des eaux aura pris près d’un mètre, versus les 18 à 59 cm qui étaient précédemment estimés.

Des centaines de milliers de réfugiés climatiques sont à attendre

Grant Foster, un des coauteurs de l’étude, n’y va pas avec le dos de la cuiller pour alerter sur les conséquences sur les populations mondiales, parlant de « centaines de milliers de réfugiés climatiques » et de « nouvelles guerres pour l’accès aux ressources ».

Il est vrai que la situation a de quoi alarmer : toutes les zones qui sont situées à moins d’un mètre du niveau de la mer sont menacées à terme, au nombre desquelles des territoires comme le Bangladesh à forte population.

Les erreurs des experts de l’Onu expliquées par les progrès de la science

Les scientifiques de cette nouvelle étude sont parvenus à ce niveau plus fin de résultats grâce aux progrès dans la connaissance de la fonte des glaciers. La fiabilité des données renvoyées par les satellites s’est par ailleurs accrue, permettant de meilleures estimations.
Pour autant, les chercheurs sont tous unanimes sur le caractère inéluctable de la montée des eaux et il devient urgent de prévoir des évolutions dans les grandes villes des bords de mer et les catastrophes naturelles prévisibles de demain. Les conséquences de l’ouragan Sandy sur la ville de New-York récemment en est une illustration.

Eléonore Verdy