Le prix des carburants continue de diminuer

Confirmation de la baisse du prix des carburants pour la 5ème semaine consécutive alors que le début d’année avait été plus compliqué selon les chiffres publiés par le ministère de l'Ecologie, du développement durable et de l'énergie.

0
1827
Le prix des carburants continue de diminuer ©ThinkStock

Les prix des carburants, après avoir atteint des records historiques en mars-avril, ont continué à reculer la semaine dernière d’après les relevés hebdomadaires publiés par le ministère de l’Ecologie, du développement durable et de l’énergie. La promesse de blocage des prix à la pompe reste alors inutile pour l’instant alors même que la TIPP flottante est toujours d’actualité.

Le litre de gazole est facturé en moyenne 1,3925 euro, soit une diminution de 1 centime. Le prix est ainsi inférieur de 6 centimes au record de 1,4584 euro établi à la mi-mars. Le litre de Sans-plomb 95 est facturé 1,5692 euro à la pompe, soit 10 centime de moins que son record de mi-avril avec 1,6664 euro. Enfin, le Sans-plomb 98 est retombé à 1,6272 euros, contre le sommet de 1,7121 euro en début avril.

Ces chiffres sont des moyennes nationales calculées par la Direction générale de l’énergie et du climat (DGEC) à partir de données fournies par les stations-service. Et pour l’instant le nouveau gouvernement n’a pas eu à mettre en œuvre l’un des points phares de son programme : le blocage des prix à la pompe.

L’agence Bloomberg vient d’ailleurs de publier un classement sur les pays où l’essence est la plus chère. Selon ses chiffres, parmi les 55 pays analysés, la France arrive en 11ème position avec un prix du gallon d’essence, qui équivaut à 3,785 litres, à environ 6,5 euros. Bloomberg a effectué un deuxième classement dit de douleur à la pompe, «pain at pomp», pour mesurer le pourcentage de revenu quotidien moyen nécessaire pour acheter un gallon d’essence. La France se classe en 35ème position et un Français, en moyenne, devra consacrer 7% de ce qu’il gagne par jour à l’essence pour s’offrir un gallon.

Maëla Priolet