Le sport, c’est bon pour les enfants

Les enfants sont plus sportifs que les adultes, mais en grandissant ils se détournent de l’activité physique pourtant fondamentale pour la santé. Nos conseils pour les aider à bouger.

0
814
Le sport, c’est bon pour les enfants ©ShutterStock

Le mettre dans le bain
 dès le plus jeune âge

Pour que l’exercice physique fasse pleinement partie de l’éducation de votre enfant, il est recommandé de l’initier à une pratique sportive le plus tôt possible. Les séances de 
« bébés nageurs » sont une excellente entrée en matière. Accessibles dès le quatrième mois, elles facilitent le développement psychomoteur du nourrisson, la coordination des mouvements et l’équilibre. Et elles participent à l’éveil sensoriel : pesanteur, température, bruit, contact avec l’eau, etc. Elles permettent de plus une belle interaction avec le ou les parents dans un cadre ludique.

Être à l’écoute de ses désirs

Il ne sert à rien de forcer un enfant à faire tel sport plutôt qu’un autre au prétexte, par exemple, que vous rêviez de le pratiquer quand vous étiez petit. Contrairement aux adultes 
qui font de l’exercice physique de manière rationnelle, c’est-à-dire parce qu’ils ont retenu que c’était bon pour la forme, l’enfant est 
avant tout motivé par le plaisir. Il est donc impératif de respecter ses désirs. Faire un sport qui ne l’intéresse pas est contre-productif sur le long terme.

Respecter sa personnalité

Un enfant un peu timide se sentira peut-être plus à l’aise dans un sport individualisé comme l’athlétisme, l’équitation ou le golf que dans
un sport collectif. C’est un paramètre à prendre en compte. Le raisonnement qui consiste à dire que telle activité lui fera du bien, en lui permettant de développer une qualité qu’il n’a pas, est à proscrire. Mieux vaut considérer 
le critère de l’amusement et lui permettre de mettre en valeur une qualité qu’il a déjà. 
Il gagnera ainsi davantage confiance en lui.

L’aider à trouver le sport qui lui convient

Entre le foot, le tennis et la danse, votre enfant hésite ? Plutôt que de l’inscrire dans une seule discipline, qu’il serait obligé de pratiquer toute l’année, il peut être intéressant de l’orienter vers une structure qui propose du multisport. Pendant un an, l’enfant peut ainsi découvrir différentes activités, des plus classiques comme le foot ou le judo aux moins fréquentes comme l’escrime, le taekwondo ou le tir à l’arc. Le tout sur des séquences de quinze jours, trois semaines. Il est important aussi de sortir des idées reçues en ne considérant pas que certains sports seraient destinés aux garçons tandis que d’autres le seraient aux filles. Heureusement, aujourd’hui, les lignes bougent.

Jouer son rôle de prescripteur

Toutes les études le montrent : les parents qui pratiquent un sport ont davantage de chance d’avoir un enfant qui aime le sport que les autres. Le différentiel est important : on passe de 72 à 56%. Bien sûr, vous n’allez pas vous forcer à faire du sport juste pour motiver votre enfant. En revanche, même sans être vous- même sportif, vous pouvez accompagner votre enfant au cours, assister à des matchs ou à des représentations. Une manière de lui montrer que son loisir a de l’importance à vos yeux. Inculquer la culture de l’activité physique passe aussi par des réflexes quotidiens : marcher 10000 pas par jour, soit environ trois quarts d’heure, aller chercher le pain à pied, faire des balades, du vélo, etc. Bref, montrer l’exemple.

L’encourager en début d’année

L’enfant est motivé par l’aspect ludique des activités sportives, or certaines disciplines, comme le tennis, requièrent au début un minimum de technique. Il doit donc passer par une phase d’apprentissage avant de pouvoir réellement s’amuser. Il faut bien lui expliquer qu’il s’agit là d’une étape nécessaire. C’est à ce moment-là qu’il faut être à ses côtés pour l’empêcher d’abandonner. Ce n’est qu’une fois cette étape franchie que l’enfant sera en mesure de dire si le sport choisi lui convient réellement ou pas.

Valoriser ses résultats

La compétition est globalement stimulante pour de nombreux enfants qui adorent revenir avec un trophée d’une compétition ou d’un concours. Montrez-lui que vous êtes aussi fier et content de ses performances physiques que de ses prouesses intellectuelles. Obtenir son flocon au ski ou sa ceinture jaune au judo, c’est une vraie victoire que vous devez saluer. Avec des messages d’encouragement, les enfants ont envie de persévérer et de continuer à jouer. Tout simplement.

Penser aux copains

Si l’enfant crée des liens avec ses camarades de sport, il faut leur faire autant de place qu’aux camarades de classe. Car l’un des leviers d’une pratique régulière et pérenne du sport est la convivialité. Vous pouvez également solliciter les mamans à la sortie de l’école et les voisins pour créer un petit groupe qui se rendra ensemble à la natation ou au foot. N’oubliez pas que l’union fait la force !

Lire aussi : Le sport est bénéfique, même après 90 ans !

Alexandra Da Rocha