Le texto ne nuirait pas à l’orthographe des ados

Selon le Centre de recherche sur la cognition et l'apprentissage (CeRCA), le fait d'écrire des textos ne menacerait pas l'orthographe des adolescents. L'étude, réalisée auprès de 19 jeunes seulement, est à prendre avec précaution.

0
1333
Après un an de pratique du SMS chez les témoins, les chercheurs n'ont observé « aucun lien entre le niveau en orthographe traditionnelle et la forme des SMS ». - crédit photo : diego_cervo ©ThinkStock

Différentes études ont révélé les méfaits des textos sur la conduite et la qualité du sommeil. De nouveaux travaux viennent d’être publiés sur le sujet dans le Journal of Computer Assisted Learning par le Centre de recherche sur la cognition et l’apprentissage (CeRCa : CNRS, Université de Poitiers, Université François-Rabelais de Tours). Surprise : l’envoi de SMS ne nuirait pas à l’orthographe. Vraiment ?

Une étude menée auprès de 19 adolescents

« Les SMS ne constituent pas une menace pour le niveau en orthographe à l’école », affirment les auteurs de l’étude. Ils sont, au contraire, « une occasion nouvelle et supplémentaire de pratiquer l’écrit ». Les chercheurs sont issus d’organismes de renom mais la méthodologie peut être sujette à critiques. En effet, les textos de seulement dix-neuf adolescents âgés de douze ans ont été analysés dans le cadre de cette enquête, soit 4 524 SMS au total. Un chiffre visiblement suffisant pour l’équipe du CeRCA. D’après elle, «  c’est le niveau en orthographe traditionnelle qui détermine la forme des SMS envoyés, et non pas les SMS qui influencent négativement l’orthographe ». Les auteurs précisent que les collégiens n’avaient jamais possédé ou utilisé de portable avant le début de l’étude.

Aucun lien entre le niveau en orthographe et la forme des SMS

Ces résultats sont à prendre avec des pincettes mais ils permettent, néanmoins, de s’interroger sur l’idée reçue selon laquelle les textos menaceraient l’orthographe des adolescents. Ainsi, après un an de pratique du SMS chez les témoins, les chercheurs n’ont observé « aucun lien entre le niveau en orthographe traditionnelle et la forme des SMS ». « Contrairement aux craintes souvent exprimées, ce sont les bons élèves en orthographe qui font beaucoup de « textismes » (fautes dans les textos) en rupture avec le code traditionnel et les moins bons qui en font le moins », précise le CNRS.

Sur le même thème :

Lire aussi : Les CM2 n’écrivent plus français !

Lire aussi : Une loi interdit aux piétons d’écrire des SMS

Cécile David