Le traitement préventif contre le VIH autorisé

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a annoncé l’autorisation du Truvada, un traitement préventif contre le VIH pour les personnes à risque.

0
679
Le traitement préventif contre le VIH autorisé © Jeff Chiu/AP/SIPA

« Je suis favorable à la publication d’une recommandation temporaire d’utilisation (RTU) du Truvada, un médicament qui doit nous permettre d’avancer significativement dans la lutte contre le VIH », a déclaré à l’Assemblée lundi 23 novembre la ministre de la Santé, Marisol Touraine. Les personnes très exposées au risque de contamination par le VIH pourront ainsi se voir prescrire ce traitement préventif encore appelé PrEP pour « prophylaxie pré-exposition ». À une semaine de la Journée mondiale de la lutte contre le Sida qui se tiendra le 1er décembre prochain, cette annonce est une bonne nouvelle.

Cette décision a en effet été vivement saluée par les associations qui luttaient depuis longtemps pour l’autorisation du Truvada. « C’est une immense satisfaction pour nous de voir ce dossier aboutir. Cela signifie que très bientôt, nous allons pouvoir accompagner partout en France les personnes qui ont besoin d’un nouvel outil de prévention adapté à leur situation de vie », a déclaré Aurélien Beaucamp, le président de l’association AIDES dans un communiqué.

La ministre de la Santé a précisé que la publication de cette RTU (recommandation temporaire d’utilisation) devrait se faire « probablement au cours de la première quinzaine de décembre » et qu’il sera pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale « au début de l’année 2016 ». Ce traitement est très onéreux puisqu’il faut dépenser 500 euros pour 30 comprimés.

« Il ne peut pas se substituer au préservatif »

Toutefois, la prescription du Truvada sera encadrée. En effet, seuls les médecins spécialistes, à l’hôpital et dans les centres de dépistages, pourront proposer le Truvada, et un suivi régulier devra être assuré aux personnes bénéficiant du traitement.

Le Truvada réduirait de 86 % le risque de contamination du VIH. Mais, il ne faut pas oublier que la meilleure arme pour lutter contre la Sida est le préservatif. Marisol Touraine a rappelé que le Truvada « ne peut pas se substituer au préservatif ». Et d’ajouter : « Mais il permet de répondre à des situations dans lesquelles le préservatif ne trouve pas sa place, ou de répondre à des personnes qui ne peuvent pas pour différentes raisons en avoir un usage systématique, alors que ces personnes évoluent au sein de groupes où la prévalence et l’incidence du VIH est élevée ».

La France est le premier pays européen à autoriser le Truvada. Chaque mois, 500 personnes découvrent leur séropositivité au VIH.

Lire aussi :

Prévention Sida : une appli pour trouver des préservatifs

– Sida : un étudiant sur trois zappe le préservatif

Marine Vautrin