L’eau des toilettes plus propre que des glaçons de fast-food

L'eau des glaçons de certains fast-food serait plus sale que celle des toilettes de ces mêmes établissements. Le manque d'hygiène de certains employés pourrait en être la cause.

0
1631
L’eau des glaçons se six fast-foods britannique sur dix contiendrait plus de bactéries… que celle des toilettes ©ThinkStock

Il fait beau, il fait chaud. Rien de mieux qu’un soda bien frais par de telles températures. Enfin, en théorie. Car d’après une enquête parue dans le Dailymail, l’eau des glaçons se six fast-foods britanniques sur dix contiendrait plus de bactéries… que celle des toilettes.

Eau des glaçons : quels fast-foods concernés ?

Pour ces tests, les scientifiques ont analysé les glaçons provenant des Mc Donald’s, Burger King, Starbucks, Café Rouge et Nando de la ville de Baginstoke, en Angleterre. Et parmi ces chaînes, certaines avaient des glaçons contenant près de deux fois plus de bactéries que la dose normalement présente dans l’eau potable. Pire ? Le mauvais élève de la bande est Nando’s chicken, avec 2 100 organismes par millimètre d’eau glacée, quand les toilettes de l’établissement n’en contenaient que 1 300.

Lire aussi : Mc Do : moins de bactéries aux toilettes que sur les tables

Pourquoi l’eau est-elle si sale ?

Face à de tels résultats, les scientifiques se sont demandés quelle était l’origine d’une eau si chargée en organismes. D’après leurs hypothèses, l’hygiène douteuse de certains employés, qui oublieraient de se laver régulièrement les mains, pourrait en être à la cause. Les chercheurs ont également constaté que parfois, les machines à glaçons étaient moins souvent nettoyées que les toilettes. « Tout cela vient aussi de l’idée trop répandue que le fait de glacer de l’eau éliminerait les microbes au passage », précise le Daily Mail. En réaction, certaines chaînes visées par l’enquête se sont engagées à renforcer leurs procédures d’hygiène, alors que d’autres contestent déjà la viabilité de ces tests.

Lire aussi : Un sac à main contient plus de bactéries que des toilettes publiques

Mathilde Bourge