Les allocations familiales baisseront dès 5 000 € de revenus

La réforme des allocations familiales annoncée par le gouvernement se précise. La baisse de l'aide, jusqu'alors versée sans condition de ressources, pourrait intervenir dès 5 000 euros de revenus par mois.

0
1498
La réforme des allocations familiales devraient pénaliser 15 % des ménages. ©ThinkStock

Encore quelques points à peaufiner et la réforme des allocations familiales pourra être présentée en conseil des ministres, probablement fin mai ou début juin, a annoncé hier François Hollande, lors de sa grande conférence de presse. Conformément à ce qui avait été annoncé, l’aide adressée aux familles de plus de deux enfants sera diminuée pour les ménages les plus aisés. D’après les informations du Figaro, cette baisse interviendrait dès 5 000 euros ou 6 000 euros de revenus par mois. Les allocations familiales seraient même divisées par quatre au-delà de 7 000 euros de revenus.

> L’allocation de base s’élève aujourd’hui à 128,57 € par mois, pour deux enfants, sans condition de ressources.

Baisse des allocations familiales : 15 % des ménages concernés

Cette réforme devrait ainsi pénaliser 15 % des ménages français, comme l’avait annoncé Jean-Marc Ayrault au mois de mars. Mais les économies réalisées – 1 milliard d’euros estimé pour 2016 – devraient profiter au plus grand nombre. Le gouvernement envisage notamment de réinjecter cet argent dans la création de crèches. « Les ménages ont plus besoin de services que d’allocations », assure-t-on du côté des ministres.

> Lire aussi : Crèches : 10 % des places seront destinées aux enfants « pauvres »  

La Paje aussi modifiée

Les allocations familiales ne seraient pas les seules à subir quelques changements. Le gouvernement pourrait également s’attaquer à la Paje (prestation accueil du jeune enfant), qui comprend quatre aides : la prime de naissance ou d’adoption, l’allocation de base, le complément de libre choix d’activité (CLCA)et le complément de libre choix du mode de garde (CLCG). De quelle manière ? En alignant les seuils de revenus, aujourd’hui différents pour ces aides.

> Lire aussi : Fraude aux allocations familiales : qui s’y frotte, s’y pique !

Julie Toury