Les cambriolages, vraiment en baisse ?

Le ministère de l'Intérieur se félicite d'une baisse des cambriolages de résidences principales, sans prendre en compte la période estivale...

0
1697
Les cambriolages de résidences principales ont baissé de 6,4 % en zone gendarmerie entre octobre 2013 et juin 2014. ©ShutterStock

Le ministère de l’Intérieur se réjouit. Le nombre de cambriolages des résidences principales a fortement baissé depuis le mois d’octobre, a annoncé le ministre Bernard Cazeneuve, mercredi, lors d’un déplacement dans la Zone de sécurité prioritaire (ZSP) de Méru-Chambly (Oise). « D’octobre 2013 à juin, les cambriolages des résidences principales ont baissé de 6,4 % en zone gendarmerie et de 1,1 % en zone police, en comparaison avec la même période l’année précédente, soit 5 600 faits recensés en moins par les forces de l’ordre », a-t-il précisé à l’AFP. Selon lui, aucun doute, ces résultats s’expliquent par la mise en place, fin septembre, du plan gouvernemental contre les cambriolages et vols à main armée. Ce plan, lancé par son prédécesseur Manuel Valls, a notamment pour objectif de traquer les bandes organisées de cambrioleurs.

La période estivale pas prise en compte

Ces chiffres sont toutefois à prendre avec des pincettes. Pour se rendre compte d’une réelle baisse des cambriolages, il faudrait prendre en compte la période des grandes vacances estivales, durant laquelle on enregistre un quart des d’infractions de domicile (source : ONDRP*). Or, les statistiques fièrement annoncées par M. Cazeneuve s’arrêtent au mois de juin.

Aussi, le ministre de l’Intérieur a omis d’évoquer les cambriolages des résidences secondaires, qui, eux, augmentent ! Selon le dernier bilan mensuel de l’ONDRP, ils ont grimpé de 23 % en zone police et de 4,9 % en zone gendarmerie entre juillet 2013 et juin 2014.

* Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales

Lire aussi : Vols, cambriolages : les outils de géolocalisation sont-ils inutiles ? 

Thomas Levy