Les étudiants ostéopathes n’ont plus d’écoles

Le gouvernement vient de publier la liste des écoles d’ostéopathie agrémentée. Dès septembre 2015, une quinzaine de formation devront fermer laissant leurs étudiants dans l’incertitude.

0
1183
Plusieurs écoles d'ostéopathes ne pourront plus enseigner dès septembre 2015. ©ShutterStock

La rentrée de centaines d’étudiants en ostéopathie risque d’être plus mouvementée que prévu. En effet, le ministère de la Santé a publié le mercredi 15 juillet la liste des établissements agréés pour former les futurs praticiens. Après la réforme des critères d’agrément des écoles d’ostéopathe, seulement vingt-trois formations ont obtenu leur certification sur les trente-sept qui ont postulé.

Alors que la qualité des écoles d’ostéopathes était souvent remise en cause, le gouvernement s’est engagé avec les syndicats de professionnels à mieux encadrer ces établissements. C’est pour cela que le ministère de la Santé a redéfini en septembre 2014 les critères d’attribution des agréments de manière plus stricte.

Perte de certification : que vont devenir les élèves ?

Ainsi, les écoles qui n’ont plus leur certification ne pourront plus enseigner l’ostéopathie dès la rentrée 2015.La fermeture tardive de ces établissements perturbe la rentrée scolaire de centaines d’élèves qui ne savent pas ce qu’ils feront en septembre.

Le gouvernement prévoit effectivement que les étudiants concernés puissent s’inscrire en priorité dans les formations encore reconnues. Non seulement, il risque de ne pas avoir suffisamment de place pour tous les élèves des quatorze écoles qui ont perdu leur agrément, mais en plus la publication de cette décision ne laisse pas aux étudiants le temps de s’organiser pour trouver un logement, par exemple.

Les étudiants qui n’ont pas encore retrouvé d’écoles espèrent d’ailleurs que le ministère modifie sa décision. Plusieurs écoles comme Ostéobio, dans le Val-de-Marne, ont décidé de déposer un référé pour s’opposer au refus de leur certification.

Lire aussi :

LMDE : qui va rembourser les étudiants ?

Un étudiant sur quatre risque le burn-out

Yuna Boudré