Les Françaises n’allaitent pas assez longtemps

Alors que la durée de l’allaitement des bébés s’est allongée depuis les années 1990 pour atteindre une moyenne de quatre mois contre huit à dix semaines, les Françaises n’allaitent pas assez selon une étude publiée ce mardi 22 septembre.

0
758
Les Françaises n’allaitent pas assez longtemps ©ShutterStock

Si les femmes connaissent les bienfaits du lait maternel sur les nourrissons, elles ne les allaitent pourtant pas assez longtemps. Selon une étude publiée ce mardi 22 septembre par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’InVS, la durée de l’allaitement en France reste encore trop courte par rapport aux recommandations de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et du PNNS (Programme National Nutrition Santé).

Depuis les années 1990, la durée de l’allaitement s’est pourtant allongée depuis les années 1990 passant de huit à dix semaines en moyenne à quatre mois. Pas assez selon les experts de l’OMS qui préconisent un allaitement maternel « exclusif » jusqu’à l’âge de 6 mois et un allaitement partiel jusqu’à 2 ans. De son côté, le PNNS recommande un allaitement exclusif jusqu’à au moins quatre mois et « si possible » jusqu’à six mois pour que le bébé puisse bénéficier de tous les nutriments nécessaires à sa croissance et sa santé.

Pour arriver à ce constat, l’étude a suivi pendant un an 18 000 bébés nés en France en 2011. Et, ces recommandations sont loin d’être suivies en France puisque seulement 9,9% des femmes nourrissent au sein leur bébé jusqu’à 6 mois. Si près de 70% des mères entament un allaitement naturel à la naissance de leur nourrisson, 53,8% n’allaitent plus après un mois, et la proportion chute à 19,2% six mois après. Moins d’un enfant sur cinq reçoit alors du lait maternel après six mois.

Des facteurs sociaux professionnels

Quant à la durée de l’allaitement, plusieurs facteurs liés à la situation familiale, à l’emploi, à l’éduction et à la culture pourraient l’expliquer. Les mères qui allaitent le moins sont celles qui ont comme niveau d’études le CAP, le BEP ou le lycée, celles qui ont moins de 30 ans vivant seules ou en couple sans être mariées. Les femmes en surpoids allaitent en moyenne deux semaines de moins que les autres, et les mères qui fument ont tendance à arrêter l’allaitement prématurément.

Quant aux femmes au revenu élevé, elles allaiteraient plus longtemps. Les mères occupant un poste de cadre et qui sont en congé parental sont elles les plus assidues à l’allaitement.

Source : AFP

Lire aussi : Émirats arabes unis : l’allaitement obligatoire pendant 2 ans

Marine Vautrin