Les Lego deviendraient-ils plus violents ?

Les Lego seraient moins innocents qu’auparavant. C’est le résultat d’une enquête néo-zélandaise qui explique que les jouets de la marque danoise seraient plus violents pour concurrencer les jeux vidéos.

0
3422
Les Lego deviendraient-ils plus violents ? ©ShutterStock

La violence est de plus en plus fréquente à la télévision, dans les jeux vidéo et sur Internet. Si les enfants ont plus accès à ces formes de divertissement (et donc sont plus enclin à l’agressivité), ils jouent également avec des jouets tels que les poupées, les voitures ainsi que les Lego. Au départ, l’entreprise danoise Lego proposait des briques de construction puis naît en 1974, un policier, le premier personnage d’une longue série qui va suivre : héros, ennemis méchants, chevaliers… Peu à peu, ces petits bonhommes vont se montrer plus méchants, auront des visages mécontents et auront des armes.

Ces figurines, qui ne sont que des représentations de ce que voient quotidiennement les enfants sur leurs écrans, reflèteraient en réalité « une augmentation significative et exponentielle de la violence ». Des chercheurs néo-zélandais de l’Université de Canterbury ont étudié le contenu des boites actuelles de la marque Lego ainsi que les catalogues danois de 1973 à 2015. Les résultats de leur recherche publiés dans la revue PlosONE, ont démontré que les produits ne sont pas aussi innocents qu’ils ne le laissent paraître.

30% des boites de Lego contiennent des armes

Le constat est alarmant. Pour se maintenir face au marché des jeux vidéo, les boites de Lego contiennent 30% d’armes. Une nette augmentation depuis l’arrivée des premières armes en 1978 avec un jeu sur le thème du château fort et des chevaliers où les enfants pouvaient jouer avec des épées, des haches et des lances. Selon les chercheurs, si les Lego sont plus violents, c’est pour répondre aux attente de la jeunesse friande de jeux vidéo ultraviolents et donc pour contrer ce marché.

En effet, le scientifique Christoph Bartneck explique que le fabricant propose de plus en plus de « produits guerriers pour coller à l’ère numérique » et les scénarios suggérés sont plus violents. Ainsi, « les Lego ne sont plus aussi innocents qu’avant. La violence dans ces produits semble être allée au-delà du simple enrichissement du jeu ».

D’autre part, « environ 40 % des pages de catalogue contiennent un type ou un autre de violence, en particulier les scénarios où figurent des tirs et des comportements menaçants ». Lego ne chercherait qu’à « attirer l’attention de leurs clients ». La jeunesse est effectivement attirée par les jeux guerriers. C’est donc une véritable « course à l’armement » qui a fait du géant danois la marque la plus puissante du monde en 2015, devant Ferrari (jusqu’ici première) et Mattel (autre fabricant de jouet, connu pour ses poupées Barbie), selon le cabinet Brand Finance.

Une autre étude parue en 2013 avait démontré que les personnages à l’expression triste étaient plus nombreux que les personnages souriants.

Lire aussi : Greenpeace refuse que Lego et Shell « polluent l’esprit de la jeunesse »

Roumaissa BENAHMED