Les moteurs de recherche donnent la prétention de tout savoir

L’accès illimité aux savoirs sur le web fait croire à l’individu qu’il est plus intelligent que ce qu’il n’est réellement et à surestimer ses connaissances.

0
1149
A trop confondre son propre savoir et celui d’Internet, l’être humain pourrait se perdre. ©ShutterStock

L’être humain a-t-il pris de mauvais réflexes ? Un trou de mémoire et hop ! Google a la réponse. Par paresse mnésique ou réelle ignorance, l’individu ne se prive plus de cet accès facilité et illimité aux savoirs et connaissances fournis par Internet. Une pratique qui tend à nous faire croire que l’on est plus intelligent que ce que l’on est réellement, et donc à surestimer nos connaissances.

Le cerveau plus actif grâce à Internet ?

Ce sont là les résultats surprenants des chercheurs en psychologie de l’Université de Yale, aux Etats-Unis, publiés mardi 1er avril dans le Journal of Experimental Psychology. Pour parvenir à de ces conclusions, les chercheurs ont réalisé différentes expériences auprès de deux groupes d’étudiants, l’un ayant accès à Internet l’autre non. Loin de tester leurs connaissances, les cobayes devaient évaluer leur confiance dans la capacité à répondre correctement à toutes sortes de questions. Résultats ? Dans neuf cas sur dix, ceux ayant accès à un moteur de recherche ont montré plus d’assurance dans leur capacité à répondre aux questions, alors même qu’ils n’avaient parfois pas trouvé la réponse. Pis, les individus ayant accès à Internet pensaient que leurs cerveaux étaient plus actifs du simple fait d’avoir accès à un moteur de recherche

Pour Franck Keil, co-auteur de l’étude, « l’effet cognitif d’être en mode recherche sur Internet pourrait être si puissant que les gens se sentent plus intelligents même quand leurs recherches en ligne ne révèlent rien ». Cette étude vient étayer la thèse de Nicolas Carr, le premier à montrer en 2008 les effets cognitifs de la dépendance aux outils de recherche en ligne, dans son article « Est-ce que Google nous rend idiot ? ».

L’homme perd sa capacité à raisonner

Matthew Fisher, doctorant à Yale et principal auteur de l’étude explique ainsi que «sans Internet, quand on ignore la réponse à une question, on sait qu’on ne sait pas, et trouver la réponse demande temps et effort. Avec Internet, la différence entre ce que l’on sait et ce qu’on ignore nous paraît plus confuse ». L’individu ignore à quel point il est ignorant, et de ce fait dépendant d’Internet.

A trop confondre son propre savoir et celui d’Internet, l’être humain pourrait se perdre. A trop substituer à l’intelligence humaine les moteurs de recherche, l’individu perd sa capacité à raisonner et réfléchir. «Acquérir des connaissances n’est pas facile, et Internet pourrait bien rendre la tâche encore plus difficile » préviennent les chercheurs. Les fonctions cérébrales doivent être entretenues, et si les outils informatiques facilitent le quotidien, et libèrent du temps de cerveau disponible, c’est pour que celui-ci soit utilisé à bon escient.

Lire aussi : Doit-on craindre l’intelligence artificielle ?
Lire aussi : Des jeux cérébraux qui rendent plus intelligent ?

Laurie Ferrère