Les moustiques résistent à la pluie grâce à leur squelette externe

Le temps n’est clairement pas au beau fixe et malgré cela, il faut en plus supporter les piqûres de moustiques. Une étude révèle comment ils résistent aux gouttes de pluie.

0
6171
Les moustiques piquent pour boire le sang ©ThinkStock

La moiteur de l’air est parfaite pour les moustiques et ce n’est pas la pluie qui viendra à bout d’eux. En effet, les conclusions d’une étude viennent d’être publiées dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS) et révèlent qu’ils résistent à la pluie, même torrentielle. S’ils sont capables d’une telle prouesse c’est grâce à leur squelette externe mais aussi à leur agilité.

Les chercheurs américains du Georgia Institute of Technology d’Atlanta ont décidé d’élucider le mystère de l’invincibilité du moustique face à la pluie. Invincible, n’est pas peu dire à leur sujet, puisque les moustiques résistent à l’assaut de certaines gouttes d’eau qui peuvent avoir une masse cinquante fois supérieure à la leur.

Le moustique agile, résiste à la pluie

L’étude démontre que si les moustiques ne se font pas, tout bonnement, écraser par les gouttes d’eau comme par une tapette à mouche, c’est notamment parce qu’ils sont très agiles. L’équipe de chercheurs dirigée par David Hu a installé des moustiques dans des cages transparentes et les a soumis à des jets d’eau simulant des averses d’intensité variable. Pour observer les réactions des moustiques, l’expérience a été filmée avec une caméra très rapide qui réalise 4 000 images/seconde contre seulement 24 pour un appareil traditionnel.

Le résultat est troublant et pourtant les images sont là pour le prouver. En fait le moustique suit le mouvement de la goutte et offre ainsi le moins de résistance possible à l’eau. Enfin il se rétablit rapidement grâce à ses longues pattes.

Le moustique est équipé d’un squelette externe très solide

Mais l’agité du moustique ne pouvait pas être la seule explication à ses exploits. Face à une goutte d’eau qui le frappe de plein fouet, son agité ne lui est d’aucun secours. Et les chercheurs du Georgia Institute of Technology ont également trouvé la réponse à cela.

Le film réalisé pendant l’expérience montre que, si malgré la violence du choc entre la goutte d’eau qui tombe sur lui et le moustique, ce dernier ne se brise pas, c’est grâce notamment à son exosquelette. Le moustique est, en fait, protégé en cas de collisions dans les airs par un squelette externe très solide. Mais il faut également combiner cette propriété à sa faible masse qui, réunies, le rendent pratiquement indestructible… par la pluie.

Cependant à terre, le moustique n’a pas les mêmes capacités. Il s’agirait un peu de sa cryptonite puisque dans ce cas s’il est frappé par une goutte, il n’y survivrait pas.

Maëla Priolet