Les perturbateurs endocriniens dans le collimateur des médecins

L’association Alerte des Médecins sur Les Pesticides a rassemblé des médecins pour lancer une campagne de prévention contre les perturbateurs endocriniens destinée aux femmes enceintes et aux enfants.

0
1869
Les perturbateurs endocriniens dans le collimateur des médecins ©ShutterStock

Face à l’augmentation de maladies chroniques (cancers, troubles de la fertilité, maladies neurologiques, diabète, allergies…) chez leurs patients exposés aux pesticides, des médecins ont tenu à réagir en les sensibilisant aux dangers de ces substances chimiques. Une campagne lancée par l’association AMLP, l’Alerte des Médecins sur Les Pesticides (qui regroupe de nombreux spécialistes dans le domaine de la médecine) a réuni 1600 médecins pour diffuser une action de santé publique à destination des consommateurs.

Plus de 90% de la population est contaminée par les Organophosphorés et les Pyréthrinoïdes, des familles de pesticides. Un peu plus de 98% de femmes enceintes contiennent ces résidus dans leurs urines et près de 100% pour les phtalates, des composants chimiques présents principalement dans les matières plastiques. Ainsi, les médecins appellent surtout les femmes enceintes à être vigilantes. D’autant plus que le placenta n’est pas une barrière infranchissable : le fœtus peut être sujet aux anomalies physiologiques et de reproduction.

Des affiches de bébé pour sensibiliser

Ce jeudi 12 mai, l’AMLP a lancé une campagne de prévention qui apparaitra dans les salles d’attente des médecins et dans deux services hospitaliers de Limoges. Elle pourrait faire écho dans d’autres établissements de santé en France. Des brochures d’informations sont également mises à disposition des patients.

Des affiches ayant pour titre « Vous désirez un enfant ? » appelleront les futurs parents à être vigilants. Elle montre une photo de bébé en dessous de laquelle six questions sont posées. Ainsi, si vous répondez « oui » à : « je réchauffe les aliments dans des récipients en plastique ou avec des revêtements anti-adhésifs », « je ne vois pas l’intérêt de manger bio », « j’utilise régulièrement des cosmétiques », « je projette de refaire à neuf une chambre pour le bébé », « mon travail m’expose à de nombreux produits chimiques », « j’utilise de nombreux produits d’entretien et des insecticides dans la maison », alors « vous devez protéger vos enfants des perturbateurs endocriniens » !

Conseils à suivre

Afin de lutter contre ces produits présents en grande majorité dans notre quotidien, l’association donne quelques conseils pratiques et gestes à suivre comme l’utilisation de récipients en verre.

– Pour l’alimentation

Ils demandent de privilégier les produits bio qui n’ont jamais été exposés aux pesticides et ne comportent donc aucun perturbateur endocrinien, plus précisément des plats préparés maison (frais ou surgelés). Mais aussi d’éviter le contact des aliments avec toute sorte de plastique (boîtes, sachets, films alimentaires): « Il ne faut pas réchauffer d’aliments dans une boîte en plastique au micro-ondes ou dans une boîte de conserves au bain-marie, parce que nous nous sommes rendus compte que ces plastiques migrent à la chaleur et dans les matières grasses », assure la naturopathe Isabelle Doumenc.

Les fruits et légumes doivent toujours être soigneusement lavés et épluchés. Éviter la consommation de soja. Pour le poisson, il est conseillé de choisir ceux qui sont de petite taille et végétariens (bar d’élevage, limande, maquereau, rouget, sardine, saumon sauvage… plutôt qu’espadon, grenadier, thon rouge…) mais ne pas en consommer plus de deux fois par semaine. L’eau minérale est préférable à l’eau du robinet. Ne pas la laisser au soleil car la chaleur dégrade le plastique.

– Pour les produits d’entretien et cosmétiques

Les cosmétiques qui contiennent de nombreux additifs ne doivent pas être trop utilisés par la femme enceinte ou qui allaite. Idem les produits d’hygiène pour le jeune enfant est à proscrire car sa peau est très perméable. Il est donc préférable d’utiliser un savon sans parfum (en pain ou en gel), une crème émolliente naturelle (col cream, cérat) si la peau est trop sèche, un produit à base de liniment oléocalcaire pour le siège des bébés portant des couches.

Limitez le plus possible l’utilisation de produits ménagers, de sprays et de parfums d’ambiance. Mieux vaut ouvrir les fenêtres et aérer régulièrement que parfumer. Utilisez l’aspirateur et épousseter au chiffon humide contribuent à chasser les poussières imprégnées de polluants atmosphériques.

Des liens établis entre pesticides et maladies

« Il semble exister une association positive entre exposition professionnelle à des pesticides et certaines pathologies chez l’adulte: la maladie de Parkinson, le cancer de la prostate et certains cancers hématopoïétiques (lymphome non hodgkinien, myélomes multiples)», selon une expertise Inserm publiée en juin 2013.

C’est pourquoi des mesures ont été prises en France. Le bisphénol A est déjà interdit depuis 2010. Ce perturbateur endocrinien présent dans le plastique des biberons favorise le risque de pathologies cardiovasculaires.

Lire aussi : 

Des perturbateurs endocriniens dans nos hamburgers ?

Bien qu’interdit, le bisphénol A est toujours présent

Substances nocives : quels sont les produits cosmétiques les plus douteux ?

Roumaissa BENAHMED