Réductions d’impôts pour les familles : vérifier vos déclarations

0
72
Avoir des enfants à charge permet de réduire son impôt sur le revenu toutefois elles ne sont pas toujours automatiques. Si vous vous apercevez d'un oubli, vous avez encore la possibilité de la modifier.

 Avoir des enfants à charge peut permettre de faire baisser son impôt sur le revenu. Elles ne sont pas toujours automatiques. C’est à vous de les déclarer.  Il n’est pas trop tard pour rectifier le tir, n’hésitez pas à la corriger. 

 Le quotient familial : un calcul automatique

Le principe en matière d’impôts est que plus un contribuable supporte de charges, plus il peut bénéficier de déductions et donc de payer moins d’impôts. La première source de réduction fiscale, c’est la famille. À chaque membre de votre foyer correspond un nombre de parts fiscales : c’est le quotient familial. Plus vous avez de personnes à charge, plus votre déduction d’impôt est élevée. Ce calcul est fait par l’administration fiscale en fonction du nombre de personnes à charge que vous déclarez. Ainsi une personne seule a droit a 1,5 part pour un enfant à charge, deux parts pour deux enfants et une part par enfant supplémentaire. Un couple marié ou pacsé a droit à une majoration de parts pour les enfants à charge (mineur ou majeur célibataire) : une demi-part pour les deux premiers enfants à charge et une part entière à partir du troisième.

A savoir : En cas d’enfant à charge résidant alternativement au domicile de chacun des parents (en cas de séparation ou de divorce), l’avantage du quotient familial est divisé entre les deux parents.

Les réductions à déclarer 

Certaines réductions doivent être déclarées pour être effectives. A défaut, elles ne seront pas prises en compte.

 Enfants scolarisés

Une réduction d’impôt que les parents tendent souvent à oublier sont les frais de scolarité de leurs enfants. Le montant de la réduction d’impôt dépend du niveau de l’enseignement. Pour la déclaration 2020 des revenus de 2019 : -61 € pour un collégien ; – 153 € pour un lycéen ; – 183 € pour un enfant scolarisé dans l’enseignement supérieur.
Vous avez juste à cocher la case.

Garde des enfants

A l’extérieur du domicile

Les contribuables qui font garder un enfant à charge à l’extérieur de leur domicile bénéficient d’un crédit d’impôt à condition que :

– L’enfant soit âgé de moins de sept ans au 31 décembre de l’année de référence.

– L’enfant soit gardé par une assistante maternelle agréée ou par une institution (crèches, haltes-garderies, etc.)

La réduction d’impôt est égale à 50% du montant total des dépenses, prises dans la limite de 2 300 euros par enfant et par an.

 A domicile

Les contribuables qui font garder leur enfant à domicile ou qui emploient une personne pour du soutien scolaire peuvent bénéficier de la réduction d’impôt pour emploi familial. Il s’agit alors d’un crédit d’impôt qui leur est versé. Il est égale à 50% des dépenses globales, charges sociales comprises, prises dans la limite de 12 000 € par an + 1 500 € par enfant à charge ou membre du foyer fiscal âgé de plus de 65 ans (dans la limite totale de 15 000 €). L’année d’une première embauche, les deux plafonds ci-dessus sont portés respectivement à 15 000 € et 18 000 €.

Pensions alimentaires

Les pensions alimentaires versées à un enfant majeur dans le besoin et non-compté à charge sont déductibles du revenu imposable dans une limite qui varie suivant la situation de famille du contribuable et l’âge de l’enfant. Pour l’imposition des revenus de 2019, la déduction est limitée à 5 947 € par enfant majeur.

– Si vous subvenez à tous les besoins d’un enfant ou d’un ascendant dans le besoin vivant sous votre toit, vous pouvez déduire sans justification une somme forfaire. Pour l’imposition des revenus de 2019, la somme est de 3 535 € par ascendant accueilli.

– En cas de divorce, vous pouvez déduire, pour son montant réel et justifié, la pensions versée à vos enfants mineurs dont vous n’avez pas la garde. La pension déduite est imposable au nom du parent qui la perçoit.

En cas de divorce avec versement d’une prestation compensatoire

Vous pouvez bénéficier d’une réduction d’impôt si vous versez en exécution d’un jugement de divorce ou d’une convention de divorce, une prestation compensatoire en capital en une seule fois ou de façon échelonnée dans un délai au plus égal à 12 mois à compter de la date à laquelle le jugement est passé en force de chose jugée. La réduction d’impôt est égale à 25% du montant des versements effectués, des biens ou des droits attribués dans la limite de 30 500 € pour l’ensemble de la période de 12 mois. Lorsque la réduction d’impôt est applicable, les sommes perçues par le bénéficiaire de la prestation ne sont pas imposables à l’impôt sur le revenu.

par Carole Caillaud