Les sèche-mains électriques seraient de véritables nids à bactéries

Gare aux sèche-mains électriques ! Selon une étude scientifique, ils dissémineraient beaucoup plus de bactéries.

0
1120
Les sèche-mains électriques seraient de véritables nids à bactéries ©ShutterStock

Plus rapides et plus hygiéniques, voilà comment on nous a vendu les sèche-mains électriques à air pulsé. Les petits appareils au design moderne ont bien vite remplacé les essuie-mains papiers et tissus dans les toilettes des restaurants, des centres commerciaux, des gares et même au travail. Si on pensait que l’on avait tout à y gagner, voilà qu’une étude est venue nous déchanter. Publiée en février dernier dans le Journal of Applied Microbiology, l’enquête menée par des chercheurs de l’University of Westminster en Grande-Bretagne, révèle que l’utilisation de ces sèche-mains ne serait pas si hygiénique que l’on pourrait le croire puisqu’ils propageraient davantage de germes dans la pièce.

Lors de cette expérience, les scientifiques ont comparé la diffusion de virus engendrée par trois techniques pour se sécher les mains : avec du papier, avec un sèche-main classique à air chaud et avec un sèche-main à réaction (nouvelle version). Ils ont fait appel à un panel de volontaires pour plonger leurs mains dans une eau contaminée par un virus inoffensif puis de les essuyer avec une des méthodes énumérées ci-dessus. Il s’avère que le virus s’est propagé 60 fois plus avec un sèche-main classique et jusqu’à 1300 fois plus avec un sèche-main à réaction, qu’avec une serviette en papier.

Selon le site Pourquoi docteur, une personne transporterait environ 200 millions de bactéries sur chaque main, pouvant ainsi contaminer 14 objets ou cinq surfaces. 15 minutes après qu’une personne a utilisé un nouveau sèche-main, la concentration dans l’air de virus était 100 fois plus élevée que si elle avait utilisé une serviette en papier. Sans compter que 70% des virus expulsés par le sèche-main ultra-rapide le seraient au niveau de la tête d’un enfant. De quoi remettre en question l’installation de ces appareils…

La guerre des sèche-mains

Les résultats ont de quoi faire réfléchir quant à la meilleure manière de se sécher les mains dans les lieux publics : « Les résultats de cette étude suggèrent que, dans des endroits où l’hygiène et la contamination constituent des enjeux primordiaux, comme les établissements de santé ou l’industrie alimentaire, le choix de la méthode de séchage de mains devrait être étudié attentivement », concluent les chercheurs, selon des propos rapportés par le site Slate.

Une étude similaire, publiée en 2014 dans la revue Journal of Hospital Infection, avait exposé ses conclusions inquiétantes sur le manque d’hygiène que pouvaient apporter ces sèche-mains électriques. Ce genre d’enquête s’inscrirait dans une guerre entre les fabricants de sèche-mains, chacun souhaitant discréditer son concurrent.

Le retour du séchage papier ?

Si l’humidité et la chaleur sont des conditions favorables au développement d’éléments pathogènes et à la projection de bactéries dans l’air contaminant ainsi les personnes aux alentours, il reste préférable d’utiliser les serviettes jetables, certes moins écologiques, mais tout de même préférables.

The Guardian affirme que le problème résiderait plus dans le nettoyage que dans le séchage : « Avec 40% des infections survenant à l’hôpital associées à un mauvais essuyage de mains, le problème vient peut-être davantage du nettoyage que du séchage ». Les autorités de santé recommandent de se laver les mains pendant 20 secondes avec de l’eau chaude et du savon.

A lire aussi : Les crèmes solaires dangereuses pour la fertilité masculine ?

Roumaissa BENAHMED