L’huile d’olive restera servie au bon vouloir du restaurateur !

Face à l’opposition de nombreux Etats, dont la France, la Commission européenne retire finalement la proposition de réglementation qui encadrait la façon de servir l’huile d’olive dans les restaurants.

0
1686
Huile d'olive sera servie comme le veut le restaurateur ©ThinkStock

L’Europe a bien failli vivre une petite révolution dans le monde de la restauration. Le commissaire européen à l’Agriculture, Dacian Ciolos, souhaitait en effet imposer à partir du 1er janvier 2014 aux restaurateurs de ne proposer de l’huile d’olive que sous une forme qui ne laissait nul doute sur la provenance et la qualité de l’huile d’olive. Afin que le consommateur soit sûr du produit proposé, le commissaire européen souhaitait par ailleurs un étiquetage précis sur les bouteilles d’huile d’olive servies à table.
En d’autres termes, c’en eut été fini des petits bols et autres petites jarres pour proposer de l’huile d’olive aux consommateurs non avertis.

Trop d’Etats contre la réglementation sur l’huile d’olive

Alors que quinze Etats européens, dont les principaux producteurs d’huile d’olive (Italie, Grèce, Portugal, Espagne) et que la Copa-Cogeca (organisation qui regroupe les syndicats agricoles européens), soutenaient la démarche, Dacian Ciolos a dû faire machine arrière.
L’Allemagne, la France et l’Angleterre se sont notamment opposées à ce projet, dans l’intérêt du secteur de l’Hôtellerie-restauration. Une telle mesure suppose en effet de lourds investissements qui pourraient pénaliser toute la filière.

Fraude et huile d’olive : une nouvelle proposition à venir

Il reste que la question de la fraude dans le secteur de l’huile d’olive est endémique. Pour s’assurer une meilleure qualité sur l’huile d’olive proposée sur le marché, et ajuster des mesures d’aides viables aux producteurs d’huile d’olive de l’Union Européenne, le commissaire européen doit de nouveau plancher et revenir avec de nouvelles mesures. Une chose est en tout cas sûre : les sanctions contre les fraudeurs seront de plus en plus sévères !

A lire aussi : Le régime méditéranéen, ami du coeur

Hélène Demazures