Listes électorales : il reste une semaine pour s’inscrire

Il vous reste une semaine pour effectuer votre inscription sur les listes électorales. Le 1er janvier, il sera trop tard.

0
3764
Pour voter en 2014, pensez à vous inscrire sur les listes électorales ©ThinkStock

En ce 24 décembre, vos cadeaux de Noël sont en principe tous prêts et les derniers jours de 2013 sont parfaitement organisés. Mais avez-vous pensé à vous inscrire sur les listes électorales ? Si ce n’est pas le cas, il vous reste jusqu’au 31 décembre pour le faire. L’enjeu est important car l’année 2014 sera rythmée par deux grandes élections : les élections municipales (les 23 et 30 mars 2014) et les élections européennes (le 25 mai 2014). Après le 31 décembre à minuit il sera trop tard. En cas de non inscription, vous ne pourrez pas exercer un de vos droits (devoir moral pour certains) les plus essentiels en tant que citoyen : le vote.

Comment s’inscrire sur les listes électorales ?

Il existe trois façons de s’inscrire sur les listes électorales. Vous pouvez le faire en vous rendant à la mairie de la ville dans laquelle vous résidez avec les pièces demandées (formulaire d’inscription, pièce d’identité valide ou expirée depuis moins d’un an et justificatif de domicile de moins de 3 mois), ou par courrier en envoyant à votre mairie le formulaire d’inscription, une photocopie d’une pièce d’identité et un justificatif de domicile. Le courrier doit parvenir à la mairie au plus tard le 31 décembre. Il est également possible de s’inscrire par internet dans certaines villes sur mon.service-public.fr. Pour joindre les documents, il est possible de transmettre une photo de son justificatif de domicile et de sa pièce d’identité.

Le formulaire d’inscription est disponible en mairie mais vous pouvez aussi télécharger sa version PDF en cliquant ici.

L’inscription sur les listes électorales concerne les personnes n’ayant jamais été inscrites ou inscrites dans une autre commune (ou un autre arrondissement). Les jeunes majeurs sont inscrits d’office.

> Lire aussi : Le vote blanc, bientôt reconnu ?

Adrien Guiset