Mark Zuckerberg peut-il diriger Facebook et porter des sweats ?

A quelques jours de l’entrée en bourse de Facebook, une polémique enfle à Wall Street concernant la tenue vestimentaire de Mark Zuckerberg. Se présenter devant des investisseurs en sweat à capuche… ça ne passe pas !

0
2545

Mark Zuckerberg a beau avoir fêté ses 28 ans lundi, il n’en reste pas moins un chef d’entreprise. D’une très grande entreprise. Le patron de Facebook, qui fera son entrée en bourse vendredi, a choqué le monde de la finance en se présentant devant ses potentiels investisseurs vêtu d’un jean et d’un sweat-shirt à capuche, le 7 mai dernier, à New York. Devant ces costumes-cravates, Mark a voulu se montrer tel qu’il est : un boss cool, nouvelle génération, à l’aise dans ses baskets ! Une attitude critiquée par de nombreux analystes financiers, qui voient là un manque de respect et de maturité de la part du jeune dirigeant. Extraits de leurs déclarations aux médias américains :

Michael Pachter, directeur général de Wedbush Securitie : « Je pense qu’il est bien adapté pour être le directeur produit, le directeur de l’expérience utilisateur, qui décide des fonctionnalités. Je ne suis pas sûr qu’il soit la bonne personne pour diriger une société et répondre aux actionnaires. »

Dan Olds, analyste chez Gabriel Consulting Group : « Certains à Wall Street murmurent que le code vestimentaire de Mark Zuckerberg était irrespectueux et immature, et ils pourraient bien avoir raison (…) Cela pourrait être pris comme de l’indifférence étudiée, de l’arrogance, ou qu’il n’a simplement pas pensé à ce qu’il devait porter. Il était là pour vendre Facebook, et la première règle de vente est de ne pas mettre mal à l’aise vos clients. »

Brad Shimmin, analyste chez CurrentAnalysis : « Si un officier de Police vient travailler en shorts et en tee-shirt, il risque probablement de perdre le respect que lui apporte l’uniforme. C’est la même chose avec le patron d’une marque globale telle que Facebook. Cela ne le rend pas ni moins professionnel ni moins capable, à l’exception peut être aux yeux de ceux qu’il souhaite influencer. »

S’affirmer par son style vestimentaire, d’autres grands patrons l’ont fait avant Mark Zuckerberg. On se souvient de l’éternel pull à col roulé noir que portait Steve Jobs, grand patron d’Apple, à chacune de ses présentations (et dans la vie de tous les jours). Le look d’un dirigeant ne reflète-t-il pas, finalement l’image de son entreprise ? Détendue pour Facebook, sobre pour Apple, etc. Laissons les « sérieuses » cravates aux « sérieux » analystes de Wall Street, non ? 

Julie Toury