Mélanome : comptez les grains de beauté de votre bras droit !

Selon une nouvelle étude britannique, calculer ses grains de beauté sur son bras droit permettrait d’évaluer les risques de cancer de la peau. Ainsi, si vous en avez plus de onze, vous risquez de développer un mélanome.

0
921
Mélanome : comptez vos grains de beauté sur votre bras droit ! ©ShutterStock

Si vous avez douze grains de beauté sur le bras droit, vous devriez vous inquiéter. C’est en tout cas ce que révèle une étude britannique publiée ce lundi 19 octobre dans le British Journal of Dermatology. D’après les travaux des chercheurs du King’s College de Londres, la présence de plus de onze grains de beauté sur cette zone serait synonyme de risque accru de développer un cancer de la peau, à savoir un mélanome. Si entre 20% et 40% des mélanomes proviennent de l’évolution d’un grain de beauté, ce calcul permettrait de donner une indication sur les risques de développer ce cancer.

Pour parvenir à ce constat, les chercheurs ont analysé, sur une période de huit ans, plus de 3 600 jumelles et jumeaux habitants au Royaume-Uni. Ils ont décompté scrupuleusement leurs grains de beauté sur 17 zones différentes de leur corps. Le test a été réalisé ensuite sur 400 hommes et femmes ayant un mélanome.

Un diagnostic rapide et pratique

Résultats : le bras droit serait idéal pour déterminer le nombre de grains de beauté présents sur tout le corps d’un individu. Les femmes présentant plus de sept grains de beauté sur ce membre auraient neuf fois plus de chance d’en avoir plus de cinquante sur tout le corps. Plus de onze ? Elles en auraient plus de 100 au total et seraient donc plus exposées au cancer de la peau.

Par ailleurs, les scientifiques ont également estimé que le coude, les jambes et le dos chez les hommes présentaient un intérêt pour évaluer les risques du mélanome.

Compter les grains beauté sur le bras droit, l’équipe de chercheurs souhaite que cela devienne un automatisme pour les médecins généralistes. Ils pourront ainsi évaluer rapidement les risques de développer un cancer de la peau chez leurs patients, et surveiller de plus près les personnes à risques. En France, plus d’11 000 nouveaux cas de mélanome sont diagnostiqués chaque année.

Lire aussi :

Soleil et alcool ne sont pas bons pour la peau

– Cancer de la peau : cinq coups de soleil suffisent

Marine Vautrin