Même au sol, les avions polluent

Selon un rapport de l'Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires, les avions polluent, même quand ils sont au sol.

0
1859
Si l’on en croit les statistiques révélées par Airparif, les aéroports représentent 6 % des émissions d’oxyde d’azote en Ile-de-France. ©ShutterStock

Même quand ils ne volent pas, les avions polluent. Dans son rapport annuel, publié ce lundi, l’Autorité de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa) explique qu’au sol, le moteur des appareils continue de tourner pour produire de l’électricité et assurer la ventilation. Un moteur auxiliaire (Auxiliary Power Unit) est d’ailleurs chargé de cette mission. Problème : ce dispositif est polluant et bruyant.

Utiliser des substitutions en électricité

Si l’on en croit les statistiques révélées par Airparif, les aéroports représentent 6 % des émissions d’oxyde d’azote en Ile-de-France. A eux seuls, Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly produiraient d’ailleurs trois fois plus de ce polluant que le boulevard périphérique. En revanche, ils ne représenteraient que 3 % de la pollution aux particules contre 25 % pour le chauffage et autant pour le trafic routier.

Comme l’admet le rapport de l’Autorité de contrôle, la pollution est surtout due au trafic aérien en lui-même. Cependant, des solutions existent pour lutter contre la pollution au sol. L’Acnusa plaide pour l’utilisation, hors vol, de moyens de substitution en électricité, qui ne concernent aujourd’hui que 5 % des postes à l’aéroport de Roissy.

Mathilde Bourge