Ménage : toujours la tâche des femmes

Selon une étude du Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de vie, le Credoc, la répartition des tâches et la prise de décision au sein du couple ne connaissent toujours pas d’égalité.

0
988
Le ménage reste la tâche des femmes à 93 %, et ce sont elles aussi qui s’occupent des enfants. ©ShutterStock

Alors que l’égalité Hommes-Femmes en entreprise a été mise à mal par François Rebsamen, à la maison, il n’y a plus débat : la parité dans le couple n’existe pas et semble loin d’être acquise. Le Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de vie (le Credoc) a publié le 12 mai une étude sur la répartition des tâches et des prises de décisions au sein du couple. Les résultats sont sans équivoque.

L’enfant accentue les inégalités

Le ménage reste la tâche des femmes à 93 %, et ce sont elles aussi qui s’occupent des enfants. Ainsi 60 % des hommes avouent ne pas connaître l’existence d’un aspirateur, 50 % ignorent les fourneaux, 48 % ne touchent pas au liquide vaisselle et 36 % d’entre eux n’arpentent pas les allées des supermarchés. Nul besoin de démonstration mathématiques et de données supplémentaires pour voir la part des femmes dans ces activités.

Cette étude, qui se base sur une enquête de l’Insee, « Décision au sein des couples » souligne cependant que la répartition des tâches ménagères au sein du couple dépend du modèle familial dans lequel les hommes ont été élevés. Ainsi, ceux ayant grandi avec une mère célibataire participent davantage à la vie domestique.

Le logement se décide à deux

Autre observation, l’arrivée d’un enfant qui devient un élément fondamental dans ce schéma. Les couples auraient tendance à répéter un modèle traditionnel, l’enfant marque encore plus la différence dans les rôles entre hommes et femmes. La femme passerait ainsi deux fois et demie plus de temps à s’occuper des enfants. « Les loisirs semblent être le seul champ où hommes et femmes revoient tous les deux leurs modes de vie au premier enfant », détaille l’étude.

Seul critère sur lequel la parité existe : le logement. La recherche, le choix de l’acquisition ou de la location qui se fait majoritairement à deux. Devrait-on, après un tel constat, se résoudre (et se risquer ?) à dire : on ne change pas une équipe (un modèle) qui gagne ?

Lire aussi : Parité : Monsieur gagne plus c’est un fait !
Lire aussi : Les hommes seraient aussi multitâches que les femmes

Laurie Ferrère