Nantes teste l’arrêt des bus à la demande sur ses lignes nocturnes

À partir du 1er novembre, les utilisateurs des bus nantais pourront demander la nuit aux chauffeurs de s’arrêter quand ils le souhaitent. Une mesure qui vise à lutter contre le harcèlement dans les transports en commun.

0
883
Nantes teste l’arrêt des bus à la demande sur ses lignes nocturnes ©EVRARD JS/SIPA

La ville de Loire-Atlantique a annoncé qu’elle allait tester un tout nouveau dispositif sur les bus de nuit. Ainsi à partir du 1er novembre prochain, toute personne, homme ou femme, souhaitant s’arrêter entre deux arrêts peut en faire la demande au chauffeur. Il décidera du point précis où il s’arrête, tout en continuant son parcours classique. Le bus ne sera en aucun cas un taxi.

Une douzaine de bus de nuit qui circulent dans Nantes et son agglomération seront concernés par le dispositif, et ce, à partir de 22h30 jusqu’à minuit et demi en semaine et jusqu’à 2h30 le samedi. L’expérimentation durera six mois et pourrait être étendue par la suite.

Lutter contre les harcèlements nocturnes

Cette mise en place a pour objectif de protéger les femmes du harcèlement qu’elles subissent notamment la nuit dans les transports en commun. Leurs trajets nocturnes pourront être ainsi écourtés. « Je suis sûre que cette expérimentation va pouvoir (…) améliorer la place des femmes dans l’espace des transports », a déclaré Pascale Boistard, secrétaire d’État aux Droits des femmes, à Ouest France.

À l’étranger, le système est déjà répandu notamment au Canada dans les villes de Toronto et Montréal, depuis 1991 et 1996 respectivement.

Ce dispositif serait bienvenu dans toutes les villes françaises. Selon un rapport du Haut Conseil à l’égalité entre les hommes et les femmes (HCEHF) paru en avril, 100% des femmes interrogées affirment avoir déjà subi, au moins une fois, un harcèlement dans le bus, le tram ou le RER.

Lire aussi : Harcèlement dans les transports : un plan de lutte national

Marine Vautrin