Nao : le robot à la mémoire d’éléphant

Ce robot humanoïde sait parler, répondre aux questions et même danser. Désormais, Nao est doté d’une mémoire autobiographique capable de transmettre des informations apprises par l’homme à d’autres êtres humains.

0
839
©SALOM-GOMIS SEBASTIEN/SIPA

Neuf ans après sa création, le robot Nao est désormais doté d’une mémoire autobiographie. C’est-à-dire qu’il peut transmettre des connaissances à des humains après les avoir lui-même apprises auprès d’autres hommes. Ce sont des chercheurs Français de l’Inserm, du CNRS et de l’université de Lyon qui ont réussi à développer cette capacité au petit robot, après plus de quatre années de recherches. Ces travaux ont été dévoilés la semaine dernière au Japon, au Symposium international IEEE sur les robots et la communication interactive humaine.

Sa fonctionnalité est simple, il suffit de lui expliquer et de lui montrer les actions à effectuer dans le cadre d’une procédure donnée. Nao mémorise donc ce qu’il voit, ce qu’on lui dit et les positions qu’on lui a apprises.

Un lien entre les spationautes

Grâce à cette avancée technologique, Nao a pour ambition de servir les astronautes de la Station Spatiale Internationale. Il serait le seul membre permanent de la station. « Les équipages changent tous les 6 mois, explique Peter Ford Dominey le directeur des recherches au journal Lyonmag.com. Si un ingénieur quitte la station, ses découvertes, son expertise et ses compétences repartent avec lui, Nao aura alors la capacité de transmettre toutes les dernières informations aux astronautes qui prendront le relais ».

Les scientifiques qui seront également confrontés à des pannes pourraient donc utiliser Nao comme d’un assistant. L’équipe lyonnaise souhaite désormais tester le petit robot bleu et blanc dans les conditions réelles d’une opération spatiale. Ils préparent actuellement une proposition pour l’Agence spatiale européenne.

Un futur assistant personnel ?

Si Nao est pour le moment destiné aux spationautes, il pourrait bien aussi devenir à long terme une aide pour les personnes âgées souffrant de perte de mémoire. La vision du robot enseignant dans les écoles est possible mais ce n’est pas pour tout de suite.

 

 

 

Lire aussi : PR2 : le chef cuisinier, robotisé

Justine Dupuy