Nucléaire : l’Autorité de sûreté épingle six centrales

Dans son rapport annuel, l’Autorité de sûreté nucléaire pointe du doigt six centrales,dont celle de Fessenheim. Elle juge insuffisant leur niveau de sûreté ou de radioprotection.

0
1169
Si des précautions sont à prendre dans plusieurs centrales, de façon générale, le bilan est plutôt positif, note l’Autorité de sûreté. - Image ©ThinkStock

Le gouvernement a promis qu’il fermerait avant fin 2016 la centrale de Fessenheim, située en Alsace dans une zone sismique et inondable. Visiblement, elle n’est pas la seule à inquiéter les autorités. Selon le rapport annuel de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) présenté le 16 avril, cinq autres centrales ont présenté en 2012 une insuffisance au niveau de leur sûreté ou de leur radioprotection.

Les centrales épinglées pour des défauts de sûreté :

– Civaux (Vienne)

– Chinon (Indre-et-Loire) : déjà épinglée en 2011

– Cruas (Ardèche)

– Paluel (Seine-Maritime)

Les centrales épinglées pour des défauts de radioprotection :

– Cattenom (Moselle)

– Fessenheim (Haut-Rhin)

Interrogé par l’AFP, le directeur de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, confirme qu’une période de cinq ans sera nécessaire avant l’arrêt définitif de Fessenheim. « La loi prévoit une procédure de même niveau que celle de l’autorisation. Un bon dossier, nous estimons ça à deux ans. Une bonne instruction, nous estimons ça à trois ans (…) On gagnera peut-être un an, mais c’est l’ordre d’idée ».

EDF peut mieux faire

Par ailleurs, l’ASN reproche à EDF « un manque d’investissement global en termes de maintenance des centrales (…) pour partie responsable au moins d’une partie des indisponibilités et peut-être d’un certain nombre d’incidents ». Elle demande à l’établissement public de faire preuve « d’une vigilance particulière » sur ce point.

En 2012, 1 170 événements au niveau de la sûreté ont été comptabilisé par l’Autorité, dont 149 de niveau 1 et 4 de niveau 2 (sur une échelle de gravité Ines de 7). (AFP)

Centrales nucléaires : bilan général satisfaisant

Si des précautions sont à prendre dans plusieurs centrales, de façon générale, le bilan est plutôt positif : « L’année 2012 a été assez satisfaisante du point de vue de la sureté nucléaire et de la radioprotection », souligne l’ASN.

> À la suite de l’accident survenu le 11 mars 2011 à Fukushima, l’Autorité de sûreté nucléaire s’est engagée à améliorer les réacteurs français en multipliant les prescriptions. Parmi ses recommandations : la mise en place de noyaux durs dans les réacteurs.

Lire aussi : Fukushima, le risque de cancer confirmé

Cécile David