Orange écrit à Free Mobile au sujet « d’un très grave incident»

La patronne de ventes chez Orange a pris la plume pour rappeler à Free les termes de l’accord d’itinérance qui lie les deux opérateurs. En cause, la saturation des réseaux de l’opérateur historique due à une utilisation de Free Mobile qui ne correspondrait pas à ce qui était prévu. Un comité de pilotage devrait avoir lieu demain entre les deux sociétés pour régler le différend.

0
2693
Orange - Crédit : Dominic Favre/AP/SIPA ©Sipa

Un courrier d’Orange adressé à Maxime Lombardini, Directeur Général d’Iliad (groupe Free) remet de l’huile sur le feu dans la guerre entre les opérateurs. La missive dénonce en effet la soirée noire du mardi 7 février dernier durant laquelle un « incident très grave » se serait produit. La direction d’Orange rapporte que son propre réseau aurait été saturé voire indisponible pour nombre de clients Free Mobile, mais et surtout les propres clients Orange pendant près de deux heures.

90% de couverture réseau en 2018

Concurrents mais aussi partenaires, les deux sociétés de téléphonie mobile ont signé un accord d’itinérance permettant à la société benjamine de profiter du réseau Orange dans l’attente de la mise en route totale de son propre réseau Free Mobile. Nul doute que l’opérateur historique n’a pas senti venir le vent du succès chez son client/concurrent et qu’il paie aujourd’hui son arrogance.

A l’heure actuelle, Free Mobile parle de son réseau propre comme d’un millier d’antennes actives dans toute la France, essentiellement hors Paris où sa présence est encore faible. 5000 autres antennes sont en commande pour un engagement de 90 % de couverture Free Mobile d’ici à… 2018.

(dés)accord d’itinérance

Suite à l’incident du 7 février, un comité de pilotage de l’accord d’itinérance doit se réunir ce mardi 14 février. Les accords risquent d’être réétudiés notamment si Free Mobile n’est pas en mesure d’honorer ses engagements. En effet, Orange somme le nouvel opérateur d’ouvrir à temps plein la totalité de ses antennes déjà installées. L’opérateur historique accuse Free de mettre en veille plus d’un quart de ses antennes propres et de réduire les capacités de celles activées, basculant ainsi l’écrasante majorité des appels des freenautes sur le réseau Orange. La loi des vases communicants faisant le reste, le risque pour Orange est inversement proportionnel au nombre d’antennes hors service chez Free.

Double peine pour Orange

De fait, Orange pourrait jouer sur le non respect des conditions de cet accord d’itinérance pour tenter de présenter de nouvelles restrictions. Le problème (pour Orange) étant que Free Mobile a engrangé à vitesse grand V un nombre spectaculaire de nouveaux abonnés avec plus d’un million de cartes SIM d’ores et déjà activées. En résulte une double peine pour Orange : d’un côté une vague de ses clients résilient à rythme effréné et de l’autre son réseau hôte doit être capable de contenter la totalité de ses propres abonnés ET des abonnés Free, opérateur partenaire et néanmoins solide concurrent. C’est le serpent qui se mord la queue. Nul doute que les discussions ce jour, entre les deux sociétés, ne seront pas placées sous le signe de la Saint-Valentin…

Julien S.