OuiHop’ : l’auto-stop 2.0

Et si vous faisiez de l’auto-stop en vous connectant sur votre smartphone ? C’est ce que propose OuiHop’. Lancée mardi 13 octobre, cette nouvelle application met en relation à tout moment les automobilistes et les piétons. Une belle idée !

0
1310
OuiHop’ : l’auto-stop 2.0 ©OuiHop'

Il pleut des cordes et votre arrêt de bus se trouve à 20 minutes de marche. C’est en effet la plaie. Vous n’aimez pas non plus attendre les transports en commun, ni vous retrouvez dans un bus ou un métro collé serré avec d’autres usagers. Et si vous faisiez de l’auto-stop ? Grâce à la nouvelle application baptisée OuiHop’, vous pouvez désormais demander de l’aide à un automobiliste qui se trouve à proximité de vous.

Créée par trois entrepreneurs Laurent Maghdissian, Jean-Baptiste Boneau et Franck Rougeau, l’application vous fera penser à Blablacar, mais elle n’a pourtant rien à voir. OuiHop’ est une application de transport local participatif fondée sur le principe de l’auto-stop connecté. Elle ne nécessite aucune organisation à l’avance, aucun partage de frais d’essence, ni aucun tarif de transport de personne au kilomètre, « OuiHop’ est une rupture des modèles classiques de covoiturages », affirme-t-on chez OuiHop’.

Comment ça marche ?

Ici, il ne s’agit pas de lever le pouce comme pour le stop classique, mais de se connecter sur l’application. Il suffit de la télécharger gratuitement sur Google Play ou sur l’App Store, puis de s’enregistrer pour l’utiliser alternativement en tant que piéton ou en tant qu’automobiliste. À vous de choisir !

Si vous êtes un piéton : Une fois connecté à l’application, le piéton pourra visualiser grâce à la géolocalisation tous les trajets des voitures passant à proximité dans les 10 minutes quelle que soit leur direction. Il fait ensuite une demande d’arrêt d’une voiture qui passe à proximité puis à la fin du trajet, le piéton peut noter le conducteur de 0 à 5 étoiles dans l’application. Le piéton n’indemnise pas le chauffeur mais paie un forfait illimité de 2 euros par mois. À l’occasion du lancement de l’application, une offre découverte sera proposée comprenant 3 utilisations gratuites du service par mois.

Un automobiliste : Après s’être inscrit et avoir détaillé les informations relatives à son véhicule (modèle, couleur), l’automobiliste saisit comme avec GPS sa destination au moment de partir, la publie et ouvre ainsi une ligne de transport éphémère que le piéton apercevra dans l’application. Il sera alors alerté lorsqu’un piéton demande ses services et s’arrêtera pour le prendre, s’il le souhaite bien entendu. Aucun détour ne lui sera demandé. Il peut déposer où il veut son passager.

Des bons en guise de compensation

Le chauffeur ne reçoit aucune compensation, mais « nous proposons d’autres avantages pour motiver les conducteurs », nous explique Franck Rougeau. Il pourra par ailleurs être récompensé via des bons comme des pleins d’essence chez BP, des révisions gratuites chez Speedy ou des heures de stationnement gratuites.

Parallèlement, l’automobiliste cumule des « Hopiz », une monnaie virtuelle créée par OuiHop’, qui pourront par la suite être échangés en abonnement annuel piéton ou en cadeaux. Il pourra gagner des tickets de loterie supplémentaires pour augmenter ses chances au tirage au sort mensuel pour gagner un gros lot.

100 000 utilisateurs visés d’ici un an

Le service, qui a vocation de créer une communauté d’entraide, est dédié aux trajets courts, principalement pour des déplacements en milieu urbain et périurbain, de banlieue à banlieue. L’application peut s’utiliser partout en France. Au centre de Paris ou à Lyon, OuiHop’ n’a pas vraiment d’utilité puisque la ville dispose d’une multitude de transports en commun, mais serait cependant la bienvenue dans des zones où les moyens de locomotion sont limités.

Après avoir testé l’application pendant deux ans auprès de 2 500 utilisateurs, les fondateurs espèrent séduire pas moins de 100 000 nouveaux membres d’ici un an.

Surfant sur le vague du transport collaboratif, ce nouveau service devra surtout faire face à la concurrence déjà bien installée sur le marché. En effet, concernant l’auto-stop connecté, on retrouve déjà l’application Microstop qui propose elle aussi ce service.

OuiHop’ est disponible depuis le 13 octobre sur iOS et Android. 

Lire aussi :

WeTruck : voyagez dans la cabine des chauffeurs de camions

– Le Truc Rouge : l’appli pour se faire livrer du vin à domicile

Marine Vautrin