Paris : les élèves privés de car scolaire

La Mairie de Paris est écologique. Et elle le montre. Une note indique aux écoles que désormais les déplacements des élèves devront se faire en transports en commun. Les cars scolaires, c’est terminé.

0
809
Pour les chefs d’établissement et les parents d’élèves la pilule a du mal à passer. ©DR

« Un point c’est tout » ! Quand la Mairie de Paris prend des décisions, on s’y tient, et n’en déplaise aux parents d’élèves, directeurs d’écoles et autres élus. Dans une note adressée aux 448 écoles élémentaires et maternelles de la capitale, Anne Hidalgo a fait savoir que les sorties en cars scolaires n’auront plus lieu. Et ce pour raison écologique.

La disparition des sorties scolaires à Paris ?

« La collectivité parisienne s’est engagée dans la mise en œuvre de programme de lutte contre les dérèglements climatiques, notamment via la réduction des gaz à effet de serre. L’un des leviers concrets qui lui est possible d’actionner dans ce domaine, est la réduction de la circulation d’autocars », peut-on lire en introduction du courrier officiel de la Direction des Affaires Sociales de Paris. Les élèves de Paris devront désormais prendre les transports en commun pour leur sortie scolaire.

« Absurde », répondent certains, qui craignent que la mesure ne remettent en cause l’existence même de ces sorties. « Dans le créneau horaire dévolu à la piscine, entre les transports en car aller et retour, les deux passages dans les vestiaires et l’inertie inhérente à un groupe, les élèves ne passent déjà qu’une vingtaine de minutes à peine dans l’eau. Alors, si les classes doivent prendre le métro, ne serait-ce que pour quelques stations, il ne resterait pas grand-chose de la sortie à la piscine », remarque une directrice d’école parisienne.

Dans l’intérêt de la santé publique

Pour les chefs d’établissement et les parents d’élèves la pilule a du mal à passer. « Même si le motif écologique est louable, il est paradoxal de contribuer à priver les enfants de sorties culturelles, scientifiques et sportives, à l’heure de l’égalité des chances », s’indigne Hervé-Jean Niger, président de la FCPE Paris.

Du côté des élus de droite, on s’offusque également « des économies réalisées sur le dos des enfants », indique Philipe Goujou, député-maire UMP du XVe arrondissement, qui ne cache pas son agacement.

La Ville de Paris se défend d’un objectif économique et assure que l’intérêt des enfants est celui qui prime : « Il ne s’agit pas de remettre en cause les sorties scolaires. Le recours aux cars était devenu la règle, et l’utilisation des transports en commun l’exception. Les pratiques doivent changer, pour le bien des enfants souvent sujets à l’asthme et aux bronchiolites ».

Lire aussi : Pollution : la circulation alternée vraiment efficace ?
Lire aussi : VIDEO – La pollution de l’air à Paris, non merci !

Laurie Ferrère