Paris : plus d’un appartement sur trois loué trop cher

Trois mois après le début du plafonnement des loyers, 42% des loyers pratiqués à Paris ne sont pas conformes à la loi selon une étude.

0
2101
Paris : plus d’un appartement sur trois loué trop cher ©ShutterStock

Mis en application depuis le 1er août dans la capitale, le plafonnement des loyers interdit aux propriétaires de logements locatifs de fixer librement leurs loyers. Ces derniers ne doivent pas excéder les valeurs maximales fixées par le préfet. Malheureusement, trois mois après, la mesure phare de la loi ALUR n’est toujours pas respectée. C’est ce que constate ce mardi 3 novembre l’association nationale de défense des consommateurs et usagers (CLCV). Plus d’un appartement sur trois se loue plus cher que le maximum autorisé et même un sur deux lorsqu’il l’est directement par un particulier.

La CLCV a épluché près de 650 petites annonces publiées sur cinq sites internet différents – seloger.com, fnaim.fr, leboncoin.fr, pap.fr, et century21.fr – « avec un partage équilibré entre locations nues et meublées d’une part, et location gérée en direct par le bailleur et recours à un professionnel de l’immobilier, d’autre part », précise l’association.

146 euros de trop en moyenne

Il en ressort que 42% des loyers ne sont pas conformes à la loi et excèdent en moyenne de 146 euros par mois, soit 1 758 euros de l’année, le montant maximum applicable. Les loyers abusifs sont majoritaires quand le logement est loué en direct. Seulement 47% des annonces sont conformes à la loi, contre 70% via un professionnel. « Si ce taux est important, il demeure insuffisant. Car cela signifie que 30% des annonces passées par un professionnel ont un loyer qui excède le maximum applicable », commente la CLCV. Et ajoute qu’« au regard de ses obligations, tant légales que déontologiques, l’agent immobilier se doit de refuser toute annonce de ce type.»

Concernant les sites analysés, century21.fr tire toutefois son épingle du jeu avec un taux d’annonces respectant la loi de 80%. Sur loger.com, le taux grimpe à 72% mais dégringole à 59% sur fnaim.fr, 53% sur pap.fr et jusqu’à 46% sur leboncoin.fr.

Abus sur les petites surfaces et les meublés

Selon l’association, les abus concernent essentiellement les petites surfaces et les logements meublés. Le taux d’annonces conformes à la loi est plus faible, soit 50% pour les 1 pièce, contre près de 60 % pour les 2 pièces, 66 % pour les 3 pièces et près de 80 % pour les 4 pièces et plus. Le montant du dépassement est de 160 euros en moyenne pour un meublé, contre environ 128 euros pour un logement vide.

Lire aussi : Comment fonctionne le plafonnement des loyers ?

Justine Dupuy