Paris : sept places bientôt réaménagées

Le Conseil de Paris a voté, ce mardi 29 mars, le réaménagement de sept places parisiennes, dont la Place de la Bastille et la Place de la Nation. L'objectif est d'accorder davantage d'espace aux piétons et aux cyclistes, occasionnant ainsi l'écartement progressif des véhicules motorisés.

0
1611
La Place de la Bastille sera bientôt réaménagée ©ShutterStock

« Moins de voitures et moins de stress » dans Paris : voici ce qu’Anne Hidalgo souhaitait en juin 2015. La maire de la capitale va pouvoir concrétiser ce projet grâce à sa validation par le Conseil de Paris, le mardi 29 mars. Sept places parisiennes vont être réaménagées afin de rendre les piétons et les cyclistes prioritaires sur ces espaces. Seront concernées la Place de la Bastille, de la Nation, d’Italie, de la Madeleine, du Panthéon, des Fêtes et la Place Gambetta. Les travaux débuteront en 2017.

Changer le visage de sept places emblématiques

Le réaménagement de ces sept places est porté par Christophe Najdovski, adjoint au maire chargé de la voirie et de l’espace public, lequel juge que « ces places s’apparentent aujourd’hui à de simples giratoires », comme le rapporte le Parisien. L’idée est donc de faciliter l’accès de ces places aux piétons en les désencombrant et en réduisant la place des voitures. Ce projet accompagne d’ailleurs les mesures sanitaires prises par la ville pour réduire la pollution.

Les travaux, qui débuteront en 2017 pour s’achever en 2019, se dérouleront en deux temps. Les premiers aménagements s’effectueront au niveau de la circulation. Le parcours des automobilistes sera réorganisé, les traversées des piétons seront plus courtes et l’accès aux transports en commun sera facilité. La route dédiée aux voitures ne pourra dépasser les 12 mètres de large, et le nombre de places de stationnement sera réduit. La deuxième partie des travaux se concentrera sur l’aménagement en lui-même. Pour cela, la ville fera appel à plusieurs collectifs d’architectes, de paysagistes et d’artistes. L’accent sera également mis sur la végétation : des arbres et jardinières seront installés afin de donner plus de vie à ces places. Les monuments présents sur certaines de ces places, éléments essentiels du patrimoine parisien, pourront être plus accessibles.

Des exemples concrets

La ville prévoit des aménagements légers qui ne nécessitent pas de destructions majeures : l’installation de fontaines, de jeux d’eau, d’aires de pique-nique, d’expositions en plein air, de lieux dédiés à la musique ou à la lecture, d’assises pour se prélasser… Certaines places pourront notamment accueillir des concerts et des animations pour tous les âges.

Par exemple, selon le rapport émis par la ville, l’air piétonne autour de la Place du Panthéon sera élargie. Des expositions et food trucks prendront place sur ce nouvel espace, et davantage de Vélibs seront proposés aux citadins. La Place de la Nation, quant à elle, verra son square central revalorisé et bénéficiera d’un jardin partagé, de terrasses de café et de jeux d’eau. En ce qui concerne la Place de la Bastille, les piétons pourront profiter d’une vaste aire dédiée entourant la colonne de Juillet. 

Notons que le budget consacré à ces travaux s’élève à 35-40 millions d’euros, alors que le réaménagement de la place de la République, qui a déjà été réaménagée en 2013, avait nécessité plus de 24 millions d’euros. 

Si ces mesures ont été approuvées par une grande partie des citadins, qui ont pu s’exprimer et participer au projet, une catégorie se retrouve évidemment lésée : les automobilistes. L’association 40 millions d’automobilistes avait d’ailleurs mis en ligne un référendum destiné à recueillir des avis suite aux propositions de la ville pour réduire la pollution et accorder plus de place aux piétons et aux cyclistes.

Lire aussi : Paris : des scooters en libre-service disponibles dès cet été

Noémie Koskas