Pas de collision avec un astéroïde pour la Terre en septembre

Selon certaines rumeurs, un astéroïde devrait s’écraser sur la Terre à la mi-septembre et ainsi réduire à néant la civilisation. Mais la NASA vient démentir ses informations.

0
1132
Face à tout cela, la NASA a réagi et tenu à rassurer la population. ©ShutterStock

Il y a de ça quelques semaines, à qui voulait bien entendre (et lire), certains sites prédisaient la fin prochaine de la civilisation sur Terre. En cause ? L’impact, inéluctable, d’un astéroïde avec la Terre. Ces blogs spécialistes des théories conspirationnistes évoquaient la collision entre la Terre et un astéroïde, entre le 22 et le 28 septembre.

Un impact assez puissant pour éradiquer la vie sur Terre ou, dans le meilleur des cas, créer un immense chaos. Pas besoin de plus pour alimenter les pires craintes, d’autant que certains se sont amusés à détourner les propos de Laurent Fabius, ministres des Affaires Étrangères, qui a déclaré en juin : « Nous avons 500 jours pour éviter un chaos climatique ». Enlever, le « climatique » et garder le reste qui sort de la bouche d’un officiel et voilà la recette parfaite d’une rumeur qui prend de l’ampleur. D’autres ce sont également empressés de voir dans cette « infirmation », l’image parfaire de la « Grande Tribulation », dans la Bible, qui précède « l’Apocalypse ».

Le risque est inférieur à 0,01 %

Face à tout cela, la NASA a réagi et tenu à rassurer la population. Non, il n’y aura pas d’astéroïde qui s’écrasera sur la Terre en septembre. « Il n’y a aucune base scientifique, pas l’ombre d’une preuve, qu’un astéroïde ou tout autre objet céleste risque d’entrer en collision avec la Terre à ces dates », déclare Paul Chodas, responsable de la NASA, mercredi 19 août.

Et de surenchérir en expliquent « qu’en fait, aucun objet un peu massif ne devrait frapper la Terre dans les prochaines centaines d’années ». Voilà qui est dit. En outre, comme les spécialistes le répètent, tous les petits astéroïdes et autres objets qui arrivent sur Terre tous les jours, se désintègrent lorsqu’ils traversent l’atmosphère. La fin du monde ne sera toujours pas pour cette année.

Lire aussi : La NASA vous paie pour repérer les astéroïdes
Lire aussi : 500 astéroïdes menacent la Terre : comment se défendre ?

Joséphine Terreissa