Pilule de 3e génération : une Française porte plainte

En 2006, Marion Larat, qui prend la pilule depuis trois mois, fait un AVC. Handicapée depuis, elle porte aujourd'hui plainte contre le laboratoire Bayer, fabricant de ce contraceptif.

0
2520
pilule contraceptive ©ThinkStock

C’est une première en France. Marion Larat, 25 ans, a porté plainte ce vendredi 14 décembre auprès du procureur de Bobigny (Seine-Saint-Denis) suite à un accident vasculaire cérébral (AVC) causé par la prise d’une pilule de troisième génération, la Méliane du groupe Bayer.

Aujourd’hui épileptique, aphasique et handicapée à 65 %, la jeune femme attaque le directeur général de Bayer Santé pour « atteinte volontaire à l’intégrité de la personne humaine » ainsi que le directeur général de l’Agence nationale de sécurité du médicament qui n’a pas retiré cette pilule de la vente, « en violation manifestement délibérée du principe de précaution ». En effet, les dangers liés à ce type de contraceptif –phlébite et embolie pulmonaire entre autres – ont pourtant été révélés dès 1995 par plusieurs études internationales.

Le lien entre l’AVC de Marion – survenu en 2006 après trois mois de prise du contraceptif – et la pilule n’a été reconnu qu’en juin 2012 par la commission régionale de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux de Bordeaux. Si aujourd’hui, les risques encourus sont inscrits sur la notice de ce genre de pilule, ils ne l’étaient pas à l’époque où la jeune femme la prenait. André Larat, le père de la victime, déplore que sa fille, qui ignorait être porteuse d’une anomalie génétique accentuant la coagulation, ne se soit jamais vu proposer un dépistage de facteur de coagulation avant la prescription de la pilule, et qu’on ne l’ait pas non plus interrogée sur ses antécédents familiaux.

Suite à plusieurs cas d’AVC reconnus et à l’avis de la Haute Autorité de la Santé (HAS), Marisol Touraine, ministre de la Santé, a renforcé les précautions liées aux pilules de troisième génération, en commençant par annoncer le déremboursement de ce contraceptif en septembre dernier.

Mathilde Bourge