Pollution : les solutions envisagées pour Paris

Le niveau « alerte » pollution a été activé pour toute la partie Nord de la France. A Paris, la circulation alternée et la gratuité des transports en commun sont envisagés.

0
1313
A Paris, depuis lundi, des mesures « anti-pollution » ont déjà été enclenchées. ©ShutterStock

Depuis dimanche 15 mars, une partie de la France a du mal à respirer. Depuis le début de l’année, c’est la première alerte d’ampleur, tout le nord de la France, au-delà d’une ligne Nantes Belfort, subit une pollution aux particules fines.

Circulation alternée et gratuité des transports

Si plusieurs villes sont concernées, comme Lille, Douai, Boulogne-sur-Mer, Amiens, Reims, Troyes, etc. c’est à Paris, que la situation se fait la plus critique. Sur l’échelle de 1 à 10 qui mesure la mauvaise qualité de l’air, le seuil de 9, qui est qualifié de « mauvais » est atteint.

Un seuil qui devrait être dépassé ce mercredi 18 mars et continuer jeudi 19 mars, selon les prévisions d’Airparif, le réseau de surveillance de la qualité de l’air en Ile-de-France. Si ces prévisions venaient à être confirmées, la Mairie de Paris, en la personne d’Anne Hidalgo, fait d’ores et déjà savoir qu’elle prendra des « mesures fortes », en plus de celles déjà mise en place depuis le début de la semaine.

« Si Airparif prévoit que le dépassement du seuil d’alerte aux particules se poursuit jeudi, la ville demandera immédiatement à l’Etat de mettre en œuvre la circulation alternée dès jeudi », a indiqué la Mairie de Paris. La capitale demande également « le contournement de l’Ile-de-France par les poids lourd de transit » et « la gratuité des transports collectifs ».

50 000 décès par an dus à la pollution

A Paris, depuis lundi, des mesures « anti-pollution » ont déjà été enclenchées : 1 heure d’Autolib’ gratuite pour les abonnés un jour et l’abonnement à la journée à Vélib’ qui permet d’utiliser le service gratuitement pour une durée de 30 minutes par trajet, ainsi que le stationnement résidentiel gratuit.

Sur cette journée du mercredi 18 mars, la concentration moyenne de particules PM 10 (diamètre inférieur à 10 microns) devrait dépasser les 80 microgrammes par mètre cube, ce qui est déjà arrivé deux fois depuis le début de l’année.

Les particules fines affectent les systèmes respiratoire et cardiovasculaire. Il est donc recommandé aux personnes vulnérables et sensibles d’éviter les activités physiques et sportives intenses en plein air ou en intérieur. Jusqu’à 50 000 décès prématurés par an, sont dus à la pollution de l’air.

Lire aussi : Qualité de l’air : la pollution menace notre santé
Lire aussi : Bébés chétifs : la pollution de l’air mise en cause

Laurie Ferrère