Pourquoi les ministres sont privés de smartphone ?

Matignon rappelle aux ministres qu’il leur est interdit de communiquer sur des sujets sensibles via leur smartphone ou leur tablette. Une note envoyée quelques mois après les révélations sur le système de surveillance Prism.

0
1903
Cette piqûre de rappel fait suite à la « survenance ces derniers mois de plusieurs atteintes à la sécurité des systèmes d'information », précise la note envoyée par Matignon aux ministres. ©Sipa

Afin de réduire le risque de fuite, Matignon a envoyé le 19 août une note aux ministres français sur les règles à respecter en matière de communication téléphonique et électronique. Dans cette lettre, dont L’Express a pu se procurer une copie, Christophe Chantepy – un proche collaborateur du premier ministre Jean-Marc Ayrault – demande aux membres du gouvernement de ne plus utiliser leur smartphone et leur tablette pour communiquer sur des dossiers sensibles s’ils ne disposent pas d’un dispositif de sécurité agréé. Une note transmise deux mois après les révélations d’Edward Snowden sur le système de surveillance Prism.

> Lire aussi : Partout, on garde un œil sur vous

Matignon invite les ministres à utiliser des smartphones ultra sécurisés

La missive précise que toutes les données portant sur des sujets importants doivent « dans la mesure du possible, être hébergées sur le territoire national » (l’étranger étant décrit comme une terre particulièrement hostile en matière de confidentialité) et être transmises « par les terminaux équipés de systèmes agréés par l’ANSSI (l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information) », c’est-à-dire les téléphones cryptés Teorem de Thales et l’intranet Isis. Selon L’Express, plus de 2 300 terminaux Teorem sont actuellement répartis entre les ministères de l’Intérieur, de la Défense, de la Justice, des Finances et des Affaires étrangères.

Matignon précise, par ailleurs, qu’il est interdit de fusionner sa boîte mail professionnelle avec sa messagerie personnelle.

Téléphone et ministres : des mesures qui existent depuis longtemps

Cette piqûre de rappel fait suite à la « survenance ces derniers mois de plusieurs atteintes à la sécurité des systèmes d’information », précise la note. Ces consignes de sécurité sont « en vigueur depuis longtemps [mais] sont répétées régulièrement », notamment parce que certains ministres rechigneraient à utiliser un téléphone crypté qui, selon un membre de cabinet interrogé par France Info, « rame et (…) plante tout le temps ». Il faudrait, en effet, trente secondes pour lancer un appel.

> Lire aussi : Votre compte Facebook est-il surveillé par les autorités françaises ?

Cécile David