Pratique : 5 conseils pour bien choisir votre climatiseur

0
132
Gare au matériel que vous délaissez hors saison. Préservez-le. Vérifiez l'état des filtres et pensez à le nettoyer.

 

Avec les épisodes de chaleur de plus en plus fréquents, bénéficier d’une climatisation chez soi est un confort particulièrement appréciable et désormais à la portée de tous. Voici ce qu’il faut savoir pour vous équiper de manière adaptée à vos besoins.

Quelles autorisations ?

Si vous avez une maison individuelle, un climatiseur installé à l’extérieur est visible depuis la rue. Une déclaration de travaux préalable doit donc être déposée auprès de la mairie au moins un mois avant l’installation. Ils sont, en effet, soumis à l’article L421-17 du Code de l’urbanisme, s’ils ont pour effet de modifier l’aspect extérieur d’un bâtiment existant. En revanche, il n’y a, en principe, pas de règles générales d’urbanisme pour l’installation de tels dispositifs.

En copropriété, l’installation d’une climatisation nécessite l’accord de la copropriété si elle implique des fixations modifiant l’aspect extérieur de l’immeuble.

En effet, qu’il soit mobile ou fixe, le climatiseur (qui contient des fluides frigorigènes) suppose une évacuation : par la fenêtre, le balcon ou un condenseur extérieur sur la façade. Tout dépend donc du type d’appareil que vous allez acheter.

Si vous envisagez d’installer une climatisation avec une fixation extérieure, donc sur une partie considérée comme une partie commune, vous devez vous référer à votre règlement de copropriété et certainement demander l’accord des autres copropriétaires.

 

Faites votre choix

– un climatiseur adapté à la taille de votre pièce

Pour que votre climatiseur soit efficace, il est indispensable que sa puissance soit adaptée à la pièce. Comptez 100 W par m2 à climatiser. Installez-le loin des sources de chaleur et de façon à ce qu’il ne souffle pas directement sur vous. Dans une chambre, préférez un système faisant moins de 55 dB pour éviter les nuisances sonores.

Les climatiseurs monoblocs

Ce sont des appareils qui ne nécessitent pas d’unité extérieure et qui s’installent facilement. Constitués d’une seule unité avec une gaine qui évacue la chaleur à l’extérieur par une fenêtre ou une porte entrebâillée, ils sont très pratiques, car ils peuvent être déplacé de pièce en pièce et se ranger les grosses chaleurs passées. Moins onéreux (entre 500 et 1000 €) il ne nécessite pas l’intervention d’un installateur. En revanche, il est généralement beaucoup plus bruyant qu’un climatiseur fixe et moins puissant donc moins efficace. Ce sont des climatiseurs pour petits espaces ou d’appoint, parfait pour une chambre ou un studio d’autant plus qu’ils sont mobiles.

Les climatiseurs à système split 

Ils sont composés d’une unité extérieure reliée à une ou plusieurs unités intérieures qui se fixent au mur ou au plafond. La partie à l’extérieur évacue la chaleur de l’air chaud et l’autre partie à l’intérieur diffuse l’air rafraîchi. Plus cher à l’achat (1000 à 2000 € pour un split hors installation), il a l’avantage de pouvoir rafraichir plusieurs pièces et d’être plus efficace et économique à l’usage. Il est recommandé de faire appel à un professionnel car plusieurs précautions doivent être prises pour son installation et un entretien est nécessaire. L’un de ses avantages est la diminution du niveau sonore puisque la partie la plus bruyante a été mise à l’écart. C’est particulièrement appréciable lorsqu’il s’agit de climatiser une chambre par exemple. Les splits peuvent, selon leur puissance, climatiser de 30 à 300 m².

La climatisation centralisée

C’est la solution idéale pour climatiser plusieurs pièces tout en conservant un maximum d’esthétisme. Il existe trois grands types de climatisation centralisée : le système multi-splits, le système gainé et le plancher chauffant/rafraîchissant. Mais hormis le système multi-splits, elle doit être réalisée lors de la construction de votre logement ou lors de gros travaux de rénovation et représente un important investissement.

 

par Carole Caillaud